Arts et spectacles

  • « Partout, pouvoirs économiques et politiques font front commun. Non pas pour retisser des liens respectueux avec la Terre face à une crise écologique sans précédent. Non pas pour lutter contre des injustices sociales et les inégalités territoriales déjà béantes. Non pas pour défendre les régimes démocratiques face à la multitude de dérives autoritaires qui les fragilisent. Non, leur communion porte sur un point et un seul : poursuivre sans relâche la métropolisation du monde. » Pourtant, seul·es 13% des Français·es considèrent la grande ville comme un lieu de vie idéal. Pollutions, stress, mobilité et connexion permanentes sont devenues une norme que beaucoup ne parviennent plus à supporter. Étouffante, la grande ville bétonne, cloisonne et nous coupe de la nature et du vivant.

    Dans ce manifeste illustré par de nombreux témoignages, Guillaume Faburel dresse un plaidoyer en faveur de la construction, dès aujourd'hui, d'une société écologique hors des grandes villes, seul futur viable pour l'humanité et la planète.

  • Rogério Ferrari n est pas un reporter-photographe. Il ne scrute pas, ne témoigne pas, n écrit pas d images. Il s emploie à rendre au plus grand nombre ce qu il a reçu en partage : l humanité tenace de celles et ceux à qui elle est déniée. Existences-Résistances est un alcool fort, dont l alambic n a pas de secret ; il lui a suffit de vivre avec celles et ceux qui en composent le bouquet. Au bout de ces images, point d ivresse. Mais un silence. De ces silences que seule la parole des fous et des sages convoque. De ces silences d après l effort. Car c est à un effort que nous invite Rogério Ferrari, à celui qu il nous faut consentir pour nous hisser à hauteur d Homme et cesser d être, pour un temps ou davantage, un spectateur. Existences-Résistances ; existences et résistances indissociablement, résister pour exister, que l on soit Kurde, Indien du Chiapas, Sahraoui, Palestinien ou paysan sans terre du Brésil. Existences-Résistances sera donc le nom d une collection de livres de photographies dédiés à cette humanité en lutte. Puisse-t-elle nous aider à comprendre que ces luttes singulières ont ceci de commun : elles affirment en acte que résister, c est vivre. Rogério Ferrari est aussi un photographe ; il donne à voir ce qu il a reçu, donc beaucoup de lui-même.

  • Existences-Résistances est un alcool fort, dont l'alambic n'a pas de secret ; il lui a suffi de vivre avec celles et ceux qui en composent le bouquet. Au bout de ces images, point d'ivresse. Mais un silence. De ces silences que seule la parole des fous et des sages convoque. De ces silences d'après l'effort. Car c'est à un effort que nous invite Rogério Ferrari, à celui qu'il nous faut consentir pour nous hisser à hauteur d'Homme et cesser d'être, pour un temps ou davantage, un spectateur.

  • Pas très loin de la Promenade des Anglais, dans une banlieue niçoise, un plan d'urbanisme est en marche, les résidences « Saint-Pierre » vont disparaître. Le relogement de la population va se faire lentement. Certaines familles seront relogées dans le quartier, d'autres à la périphérie.
    Les femmes, piliers de la famille, principal lien social, prennent la parole sur la manière dont elles vivent cet évènement qui vient bouleverser leur vie. Par leur contribution, ces femmes deviennent les rédactrices de l'ouvrage.

  • Le flux continu d'images auquel nous sommes quotidiennement soumis nous donnerait presque envie de fermer les yeux. Pourtant, parfois, certaines capturent notre regard, focalisent notre attention, s'impriment dans notre mémoire pendant que les autres s'effacent, déjà remplacées par de nouvelles. Les 70 affiches reproduites ici font partie de ces images susceptibles de jaillir du flux. Chaque lecteur trouvera les siennes, mais toutes ont cette qualité spécifique, ce potentiel d'interpellation. Elles le doivent pour partie aux sujets qu'elles abordent, qui sont ceux qui inquiètent notre quotidien et notre foi en l'Homme. Mais elles le doivent aussi, largement, à la faculté des graphistes de projeter une pensée dans une image qui la synthétise, la symbolise et nous sert d'aide-mémoire. Des images, encore des images, mais celles-ci nous rappellent de garder les yeux ouverts.

  • Territoires interdits pour certains, enjeux électoraux pour d autres ou sujets sulfureux pour journalistes en quête de sensationnel, la soixantaine de mosquées que compte Paris continue de concentrer toutes les peurs et de nourrir tous les fantasmes. Jean-Michel Riera et Thomas Deltombe ont réussi à se faire accepter de lieux qui entretiennent bien souvent des relations tendues ou hostiles avec les médias. En rompant avec une tradition médiatique axée sur le seul aspect sécuritaire, « Mosquées » remet en perspective la place, le rôle et le fonctionnement de ces lieux de vie de manière tout à fait inédite.

empty