Arts et spectacles

  • Catalogue de l'exposition éponyme consacrée aux calendriers d'artistes, avec un texte de la curatrice du projet Marie Boivent, des entretiens avec Matthieu Saladin et Claude Closky, et une sélection d'oeuvres accompagnées de notices explicatives.
    Le calendrier rend compte d'un découpage du temps ; en tant que publication, il s'impose comme un outil de coordination sociale. Mais la particularité de cet objet du quotidien, qui tend à être supplanté par des formes numériques mais reste pourtant omniprésent dans notre environnement, est d'être à la fois collectif et personnel : s'il respecte une grille « universelle » et est produit en série, il sert à la planification individuelle et peut à cette fin être personnalisé, manipulé et annoté par son possesseur, au point de devenir parfois le seul témoin de son emploi du temps.
    Beaucoup d'artistes se sont intéressés à cette édition un peu particulière, à la relation au temps qu'elle induit et à la place qu'elle occupe dans notre quotidien, entre outil pratique, objet de mémoire, produit dérivé et support publicitaire. Parmi une grande diversité d'approches, ce catalogue se concentre sur les calendriers conçus par des artistes, imprimés en série et destinés à être utilisés ; il présente ainsi des calendriers « prêts à l'emploi », prévus pour être affichés dans notre intérieur, disposés dans un bureau, ou encore laissés dans un tiroir et consultés au besoin.

  • Vigilancia

    Eliott Waldis

    • Lendroit
    • 23 Octobre 2020

    Une compilation de photographies de vigies mexicaines, les « casetas de control » ou « casetas de vigilancia », réalisées de février à juin 2018. Capturées dans les quartiers résidentiels de Mexico, ces cabines de contrôle régissent la libre circulation. Véritable répertoire, ce livre révèle une esthétique de l'espace urbain et du fonctionnalisme architectural.
    Les casetas de control ou casetas de vigilancia appartiennent à une pratique de contrôle des personnes dans l'espace urbain, exercée à la fois par les autorités publiques et privées. Parfois prolongées par des grilles ou des barrières, elles régulent la libre circulation des individus et assument un rôle de filtre sécuritaire. À Mexico, nombreuses d'entre elles ont été installées dans des quartiers résidentiels, et sont venues s'ajouter à celles, plus anciennes, qui ponctuaient déjà l'espace urbain. Un grand récit esthétique relie la répétition et la variation d'objets types à la série photographique qui les répertorie et les documente. Il pourrait s'appliquer à Vigilancia, titre qui désigne une modalité de la surveillance dont la qualité première, la permanence, se réplique dans l'architecture fonctionnelle et systématique des lieux depuis lesquels elle s'exerce. Mais la perspective retenue par Eliott Waldis, en faisant le choix de l'appariement pour soumettre ses photographies au regard, expose plus qu'elle ne présente la permanence de ces objets, en soulignant comment leur fonctionnalisme architectural se rejoue dans un ordre de signes. Le projet souligne alors une autre dimension de leur permanence, que l'on pourrait qualifier de structurelle : les casetas fonctionnent comme des signaux de la surveillance, immédiatement repérables, qui nous contrôlent par leur simple présence.

  • Cyril Galmiche -

    Cyril Galmiche

    • Lendroit
    • 9 Décembre 2020

    Livre d'artiste.
    Cet ouvrage présente cent onze dessins de la série ? issue du projet I-I-I-I-I-I de Cyril Galmiche. Cet ensemble, toujours en cours, qui a pour objet l'épuisement de la forme circulaire, explore la part hypnotique de la géométrie. L'artiste y renoue avec le plaisir de « faire », de laisser sa main dessiner de façon quasi automatique.

  • Une série photographique réalisée au téléphone portable dans un appartement du Touquet-Paris-Plage entre le 17 mars et le 11 mai 2020, période de confinement imposé à la population française pour cause de pandémie (covid-19) : les prises de vue capturent des assemblages décalés et drolatiques de nourriture et d'objets du quotidien que l'artiste réalise.

    Edition limitée à 55 exemplaire (couvertures différentes, distribuées aléatoirement).

  • Petite peste

    Pierre Budet

    • Lendroit
    • 23 Octobre 2020

    Illustrés par la pointe satirique de Pierre Budet : quotidien, vie en société et amour, au temps de la pandémie (une série de dessins réalisée chaque jour à Rennes du 17 mars au 11 mai 2020 durant la période de confinement imposée à la population française pour cause de covid-19).

  • Alphabet

    Paul Pouvreau

    • Lendroit
    • 23 Octobre 2020

    Paul Pouvreau compose un alphabet à partir de petits débris de la rue. Élastiques, ficelles ou plastiques s'articulent avec hasard en lettre.
    L'Alphabet photographique au gré des rencontres de formes typographiques trouvées au sol. Une ficelle, un morceau de plastique ou un vieil élastique dessinent des lettres au sol. L'artiste transforme les trouvailles hasardeuses en alphabet généreux et drôle.

  • Life size est un voyage photographique ou l'échelle de l'être humain se confronte à l'échelle de sites naturels ou industriels. Au fur et à mesure des pages, l'Homme occupe une place de plus en plus importante. Ce travail propose une lecture de la source iconographique sous une contrainte imposée de l'échelle et de la mesure : culture industrielle et sites archéologiques, anonymat et présence humaine, réalité et virtualité, accumulation et unicité.
    Eric Tabuchi nous invite à enquêter sur les détails, la perception, l'incompatibilité et les similitudes dans ce flux d'informations cachées, à la fois chaotique et systématique. Le travail de l'artiste révèle des questions récurrentes dans sa pratique : l'image comme source, 'atlas comme acte artistique.

  • Cut

    Marie Bocquet

    • Lendroit
    • 1 Décembre 2009

    "On commence à feuilleter, le cutter semble glisser le long de la règle et on a l'impression qu'il ne se passe rien... Et, tout à coup, le papier se trouve être découpé comme si réellement on avait tenu le cutter entre les doigts. Magie du flip book, inventivité de l'artiste ! Marie Bocquet a su allier l'imagination, la simplicité d'une action de la vie courante et la sophistication qui font l'objet original et unique.
    Tout le monde peut faire un flip book et cela paraît souvent tout simple, mais le réussir exige plusieurs qualités : une bonne idée déjà et un véritable sens de l'animation. C'est cette combinaison qui permet au flip book de bien fonctionner, qui assure sa fluidité et qui nous étonne.
    Les artistes, et parmi les plus grands, se sont intéressés au flip book depuis la seconde moitié du XXe siècle. Peintres, sculpteurs, dessinateurs, photographes ou spécialistes de l'animation, ils les ont parfois conçus comme des jeux, parmi bien d'autres travaux et le plus souvent sans prétention particulière. Les plus grandes réussites sont souvent les plus simples. C'est le cas ici.
    Marie Bocquet est designer graphique, elle a notamment réalisé tout un travail de création autour du mot « cut » ; c'est tout naturellement, semble-t-il, qu'elle s'est approprié le flip book pour nous proposer ce séduisant objet. Comme l'américaine Julia Featheringill, elle a détourné une situation toute simple pour en faire une oeuvre d'art.
    Cette performance a été récompensée par le jury du premier concours international de flip books de Rennes en avril 2007."

empty