Arts et spectacles

  • La revue annuelle du Musée des Arts Contemporains au Grand-Hornu (MAC's) fait peau neuve avec un nouveau numéro consacré au thème du musée et de sa critique par les artistes. Dits n° 22 offre un panorama de projets artistiques contemporains et internationaux proposant une réflexion sur la notion muséale, avec Yto Barrada, Christoph Büchel, Jacques Charlier, LaToya Ruby Frazier, Tamar Guimarães, Jompet Kuswidananto, Wesley Meuris, Rei Naito, Ryue Nishizawa, Noah Purifoy, Dayanita Singh, Fiona Tan et Fred Wilson.

    Avec l'art contemporain, par un retournement de situation politique né de la contre-culture occidentale des sixties, le musée a cessé d'être aux mains des seuls conservateurs et commissaires pour passer également entre celles des artistes. Dans cet esprit utopique ou subversif, le modèle muséal est devenu la cible d'actes créatifs, parfois violents, visant à le vivifier, à le rendre plus proche de la nature, de la réalité sociale, mais aussi du vécu personnel. Avec peu de moyens, comme le sculpteur afro-américain Noah Purifoy, ou avec l'appui de puissants mécènes, comme l'artiste Rei Naito et l'architecte Ryue Nishizawa, le musée s'est éloigné parfois du chaos des villes pour s'installer dans un désert aride ou sur une île paradisiaque. Démasqué comme une institution autoritaire conditionnant notre regard et contrôlant l'histoire, celle racontée par les vainqueurs, il a vu aussi ses dispositifs d'exposition, indépendamment de sa mission (ethnographie, histoire de l'art, zoologie), minés par les interventions de Fred Wilson, renversés par les constructions de Wesley Meuris, parodiés par les pastiches de Jacques Charlier ou encore détournés par Christoph Büchel qui transforme ses salles en centre pour réfugiés. Enfin, cette étude de cas où le musée est pris pour cible ne serait complète sans la résistance que Tamar Guimarães, Fiona Tan et Dayanita Singh opposent à l'inertie des collections, en mobilisant la mémoire des images au sein de musées imaginaires, poétiques ou encore portatifs, à l'instar du Nanomuseum conçu par Hans-Ulrich Obrist.

    La collection Dits, parution annuelle du Musée des Arts Contemporains au Grand-Hornu (MAC's), aborde dans un esprit de curiosité et de transdisciplinarité les grands thèmes qui parcourent aujourd'hui les arts visuels. Chaque ouvrage affirme la volonté du MAC's d'être, au-delà de ses expositions, un véritable outil de réflexion et d'information sur la culture contemporaine.

  • L!artiste belge Philippe De Gobert (1946) explore les frontières ténues qui séparent réalité et fiction. Ses photographies en noir et blanc présentent des espaces épurés aux lignes austères qui baignent dans une lumière diffuse et irréelle. Ces lieux évidés sont toutefois marqués par les traces laissées par l!humain avant qu!il ne s!absente. L!observation attentive de ces agrandissements photographiques sème cependant le doute : de ces architectures mystérieuses surgissent des incohérences d!échelles et de prises de vue. L!image, que l!on prenait pour une vue d!intérieur, se révèle être la photographie d!une maquette : des images construites, des lieux imaginés, ou encore des ateliers d!artistes fantasmés. A l!occasion de la rétrospective de Philippe De Gobert proposée cet été, le MAC!s publie une riche monographie qui, des premières maquettes inspirées par sa vision personnelle de l'histoire de l'art à la série d!ateliers fictifs d!artistes new-yorkais, offre un aperçu complet de cette oeuvre combinant architecture et photographie.

  • Sculpteur est un métier solitaire et c'est sans doute pour cela que l'artiste allemand Bernd Lohaus (1940-2010) se livre volontiers, parce qu'il sait qu'il faut dire ce qui s'est passé dans l'atelier, le hangar, où ses seuls interlocuteurs - muets, s'entend - sont les blocs de bois amassés et disposés dans un certain ordre, peut-être aléatoire, mais groupés comme une assemblée en face de laquelle se trouve le sculpteur. Ces blocs sont chargés d'un passé qu'ils révèlent peu à peu, d'une histoire qu'ils dévoilent partiellement par des traces affleurant à leur surface...
    Réalisé à l'occasion de l'exposition monographique de Bernd Lohaus au MAC's, cette publication s'articule en cinq sections évoquant les thèmes récurrents du travail du sculpteur allemand : Action, Relation, Langue, Architecture et Couleur. Chacune de ces parties sont commentées par Laurent Busine et illustrées par de nombreuses reproductions d'images d'archives combinées aux photographies des oeuvres de l'exposition. Des textes d'Anny De Decker et Stephan Von Wiese reviennent sur d'autres aspects de l'ouvre ainsi que sur le rôle important que Bernd Lohaus joua dans l'art belge de la fin du XXe siècle.

  • Aborder le thème de Sisyphe que ce soit en termes plastiques aussi bien qu'en termes critiques impose de s'ouvrir nécessairement à l'incroyable richesse contenue par les quelques textes qui relatent l'histoire et le mythe.
    Les auteurs de cet ouvrage, au départ catalogue d'exposition ont été convaincus de la nécessité d'aborder conjointement les multiples facettes des réflexions qui accompagnent aussi bien la connaissance historique et philosophique du rusé sisyphe (se-sophos) que ses avatars actuels dans les domaines du théâtre ou du cinéma, par exemple, et, de même, d'étudier les formes de son iconographie â travers les âges depuis la Grèce qui l'a vu naître jusqu'aux oeuvres des artistes d'aujourd'hui.
    C'est en ce sens - après les célèbres lectures de Camus, de Caillois...
    - que les propos se bousculent et se confondent dans les analyses poussées d'un élément précis ( La figure du damné. Rendre visible un invisible...) ou dans les visions particulières d'autres aspects ( les oeuvres de Luciano Fabro et de Franz West...) de ce qui est une pierre fondatrice de l'histoire de l'homme ainsi qu'une évocation de l'impensable éternité.
    En corollaire à ces réflexions, s'installe la question que se pose l'artiste de la nécessité de son travail face à l'histoire de l'art : rassemblées.
    Les réponses complexes et variées qui en découlent forment le corps de l'exposition Sisyphe, le Jour se lève et du livre qui l'accompagne Laurent Busine

empty