Dapper

  • Moi, l'interdite - recit

    Nirsimloo A D.

    • Dapper
    • 10 Septembre 2000

    " Ils sont tous là, dehors.
    Avec leur lumière et leur rire, leurs nourritures et leur soif. Ils aspirent à la simplicité des choses, à un songe linéaire de la naissance à la mort, comme une corde tirée à laquelle ils s'accrochent pour ne pas se perdre ou se pendre. Coeurs murés, âmes barricadées, yeux crevés pour ne pas reconnaître ceux qui se noient dans leur besoin d'eux. Un vide si grand qu'ils finissent par avoir peur de ce vertige.
    L'envers des choses ne signifie rien, cet univers de tristes monstres et de destins cruels n'est qu'un cauchemar issu de leurs angoisses. Il n'est pas vrai. "

  • Il etait une fois le monde

    Kacimi/M

    • Dapper
    • 16 Novembre 2001

    Au commencement du monde, bien avant la naissance de toute chose, il n'y avait que les lettres de l'alphabet qui flottaient dans le vide.
    Puis, vint Dieu qui inventa en premier les anges, des êtres de feu, d'air et d'eau, de toutes les couleurs. Avec eux, il façonna la Terre, les étoiles, les mers, les plantes et les animaux. Ce monde était parfait, mais Dieu restait insatisfait. Aussi, pour le distraire, les anges lui construisirent le Paradis, et Dieu décida alors d'inventer la femme et l'homme, Isha et Ish. Isha et Ish vont s'échapper du Paradis pour s'enfuir sur la terre.
    Ce récit, qui s'inspire des grandes légendes d'Orient, raconte la fabuleuse aventure du premier homme et de la première femme. Il invite à découvrir avec drôlerie l'histoire du monde, depuis la naissance de la Terre jusqu'à la première histoire d'amour.

  • Clone n 7

    Saunders/Robin

    • Dapper
    • 11 Septembre 2001

    En vacances chez son père en Afrique du Sud Chandra s'ennuie.
    Rien à faire dans cette maison isolée au milieu du veld désertique, avec comme seul voisin un hôpital psychiatrique pour enfants. Mais pourquoi cette bâtisse est-elle si étroitement surveillée ? Chandra et son père se trouvent mêlés à une curieuse aventure le jour où, traqué par des gardes armés, un des petits patients se réfugie chez eux.

  • Charly en guerre

    Florent Couao-Zotti

    • Dapper
    • 11 Septembre 2001

    Charly a perdu son père, un sergent accusé de trahison, puis tué par des rebelles et sa mère a été enlevée en plein camp de réfugiés de la Croix-Rouge par une des nombreuses factions armées qui se livrent combat dans le pays.
    Agé d'une dizaine d'années, il ne comprend rien à cette guerre civile. Enrôlé de force, il doit marcher sans cesse pour obéir à John, qui a six ou sept ans de plus que lui. John est dur et Charly doit résister. Ils deviennent quand même amis, se sauvant respectivement la vie pour échapper aux dangers de la brousse et à des poursuivants à moitié fous. Mais Charly est tenace, et la pensée de sa mère l'obsède.
    Est-elle toujours vivante ? Comment traversera-t-il toutes ces épreuves ?

  • Comment les femmes apparaissent-elles dans les arts africains oe
    Le dernier ouvrage du musée Dapper propose différentes réponses à cette question en réunissant des textes d'anthropologues, sociologues et historiens de l'art qui dévoilent les signes essentiels, objets, mots et gestes rituels qui animent l'univers féminin.
    De la naissance au plus grand âge, en passant par les étapes obligées de la puberté, du mariage, de la mise au monde des enfants, puis de la maturité, les femmes occupaient en Afrique et occupent souvent encore une place très particulière.
    Si la maternité constitue le thème majeur des représentations féminines dans les arts africains et si « la femme avec enfant » est une figure idéale, sa progéniture constituant une richesse pour le groupe, il n'en demeure pas moins que des femmes ont exercé et exercent encore le pouvoir politique et spirituel.
    Réalisées et manipulées par les hommes pour des cultes qu'ils président, des sculptures à l'attitude hiératique appartenant à de grandes aires culturelles, notamment du Mali, de la Côte d'Ivoire ou du Congo, peuvent être rapprochées de certaines oeuvres de l'Égypte pharaonique. Les objets révèlent, par ailleurs, le statut ambivalent des femmes dans les sociétés
    de l'Afrique subsaharienne. La gestuelle de même que les marques corporelles
    accompagnées parfois de mutilations, telle l'excision, traduisent le vécu des
    femmes. Aujourd'hui les plasticiennes africaines s'affirment de plus en plus dans le monde de l'art contemporain. Cet ouvrage consacre quelques pages à la photographe Angèle Etoundi Essamba. Celle-ci explore à travers le portrait - notamment celui de la femme noire la représentation et l'identité multiculturelles. Avec plus de trois cents illustrations, principalement
    des oeuvres d'art ou des photographies de terrain, des textes riches et
    complémentaires, Femmes, dans les arts d'Afrique, met en lumière un univers
    ambigu et fascinant.

  • Alima est une fille de la savane, mais un oracle a prédit que son destin se jouerait ailleurs, du côté de l'océan, dans la région de sa mère.
    Alors, à la mort de ses grands-parents, Alima doit traverser la forêt pour rejoindre la Côte. Mais un air de tristesse flotte au bord de l'océan. Depuis qu'un villageois a rompu le pacte conclu avec les mamiwatas, le peuple des eaux, aucune pirogue ne va plus à la pêche et la famine s'installe. Les chants d'Alima sauront-ils attendrir le coeur des souverains de la mer ?

  • Benin, trésor royal

    Armand Duchateau

    • Dapper
    • 1 Septembre 1999

    Le vaste travail de synthèse du professeur Armand Duchâteau permet d'appréhender, dans son contexte historique et sociologique, depuis le XIIIe siècle, un grand art de cour, celui de l'ancien royaume du Bénin.
    Maîtres de la technique de la fonte à cire perdue, les artistes ont réalisé des oeuvres de tendance naturaliste d'une rare perfection : des figures de nains, des têtes commémoratives, des bas-reliefs où sont fixés les rites et cérémonies de la vie à la cour. Ces trésors royaux, en ivoire ou en bronze, occupent une place privilégiée dans les arts "classiques" de l'Afrique noire.

  • La femme plume

    Amos Tutuola

    • Dapper
    • 10 Septembre 2000

    Rassemblés autour de leur vieux chef, les villageois attendent avec impatience le début de la veillée arrosée de vin de palme et rythmée par les tambours.
    De plus en plus nombreux chaque soir, ils écoutent avec étonnement et admiration les récits de jeunesse de leur chef, héros d'aventures extraordinaires. surgissent alors la " femme plume ", sorcière juchée sur une autruche, les " fantômes de la brousse ", les " créatures de l'eau ", la " ville de la famine ", le géant et la géante. autant de monstres bravés au cours de ce long voyage initiatique.

  • Confidentiel

    Cage Florentiny

    • Dapper
    • 8 Mars 2000

    Un truc de fille, le journal intime ? pas pour samuel, jeune martiniquais de quinze ans.
    Malgré les moqueries de son meilleur ami kévin, il tient à son cahier, confident secret de sa vie de collégien, de ses espoirs et de ses soucis. le père de samuel et de sa grande soeur, lydie, est mort dans un accident de moto il y a tout juste un an, et écrire, ça aide aussi quand on est triste. mais ces temps-ci, le cahier se remplit surtout de nouvelles confidences. car samuel est amoureux, et ce n'est pas facile l'amour quand on en pince pour karen, copine de lydie et déjà au lycée !
    Samuel osera-t-il déclarer ses sentiments à karen ? lydie promet d'aider.

  • Fondeurs, orfèvres, tisserands, sculpteurs et céramistes ont créé de tout temps au Ghana des objets qui magnifient le pouvoir politique et spirituel.
    Les oeuvres, aux origines diverses, asante, fante, ga, ewe ou brong, sont les reflets des modes de vie et de pensée qui se transmettent d'une génération à l'autre. Le Ghana, anciennement nommé la Gold Coast, a assis, durant des siècles, son rayonnement économique sur le commerce de l'or. La couleur et le symbolisme de ce métal l'associent intimement à la personne de l'Asantehene, le roi des Asante. Les bijoux royaux, de même que ceux des fonctionnaires du palais, objets témoins d'un travail d'orfèvrerie des plus raffinés, côtoient d'autres insignes de dignité investis d'une dimension sacrée, comme les sièges.
    /> La vie spirituelle, qui accorde une large place aux relations avec les défunts, a favorisé la production de terres cuites anthropomorphes, dont celles des Koma-Bulsa et celles des groupes akan. Pour ces dernières, les témoignages les plus anciens remontent à 1601. Un vaste ensemble d'oeuvres remarquables exécutées dans de nombreux styles régionaux est présenté dans cet ouvrage. Avec les transformations des structures politiques, les pratiques religieuses et artistiques ancestrales se sont progressivement modifiées.
    Des formes d'art originales sont nées, sans véritable rupture avec le passé. Elles traduisent de nouveaux modes de relations avec l'environnement urbain. C'est dans ce contexte que travaillent nombre d'" artistes des rues ". Cet ouvrage consacre une place importante à la créativité contemporaine et met en relief quelques exemples marquants : l'oeuvre de Owusu- Ankomah, dont la thématique corporelle marquée par le mouvement intègre des signes, résurgence ou libre interprétation des motifs " traditionnels " ; une autre démarche originale est représentée par Almighty God, dont les peintures foisonnent de symboles.
    Son art en perpétuelle évolution mêle texte et image, privilégiant le portrait fidèle ou l'hyperréalisme. En réunissant les contributions des meilleurs spécialistes, cet ouvrage de référence permet non seulement de plonger au coeur des anciens royaumes, mais aussi de découvrir le Ghana moderne et son riche patrimoine culturel.

  • Sel piment a la braise

    N.Debeka. Maxim

    • Dapper
    • 17 Octobre 2003

    Qui, de Zackarion, dit Vieux Zack, " Grand Scrutateur de la Foi démocratique ordonnée ", ou du Père Nourrisseur, préside réellement aux destinées du Bangragra ? Seul Monsieur le Maire en a une certaine idée.
    Recruté par le Vieux à la veille du mariage de sa fille, Monsieur le Maire a une mission délicate à mener : circonvenir les ennemis de son mentor, fantômes et autres esprits mai décédés qui menacent de s'inviter à la cérémonie. Or, le Grand Scrutateur a promis au Père Nourrisseur chargé de conduire la mariée à l'autel, un jour de gloire. Saura-t-il tenir sa promesse ? Dans l'ombre, un homme observe les tractations : le colonel Boulvio, de l'Agence Centrale de l'Intelligence.
    Sous ses allures de polar métaphysique, ce récit vif et enjoué plonge directement le lecteur au coeur de la paranoïa de ses personnages, tous plus pathétiques les uns que les autres.

  • L'ile de ti jean

    Trouillot/Evely

    • Dapper
    • 18 Février 2004

    L'île de Ti Jean est un récit d'Evelyne Trouillot, auteure haïtienne, illustré par Sophie Mondésir, artiste peintre d'origine guadeloupéenne, raconté et mis en musique par Mariann Mathéus, comédienne et chanteuse guadeloupéenne.

  • un ouvrage de référence manquait à l'histoire de l'esclavage des noirs.
    cet abécédaire, conçu par gilles gauvin, constitue un document de sensibilisation indispensable. il évoque les différents aspects du passé des anciennes colonies françaises soumises à l'esclavage (martinique, guadeloupe, guyane, la réunion et saint-domingue/ haïti) et permet de comprendre que cette histoire partagée fait partie intégrante de l'histoire nationale. l'abécédaire est également ouvert au monde anglo-saxon, qui a joué un rôle précurseur non seulement dans la mise en place de la traite négrière, mais aussi dans le combat abolitionniste en europe.
    en effet, ce crime contre l'humanité a été perpétré par nombre de puissances européennes. sans tomber dans le piège de la simplification, les textes fournissent des repères principalement historiques et économiques, compréhensibles par tout lecteur, notamment les jeunes. l'iconographie abondante et diversifiée offre un support de connaissance de première qualité.

  • Cet ouvrage, qui réunit des oeuvres exceptionnelles, constitue une exploration des identités masculines dans les mondes africain et océanien. Les contributions des auteurs, ethnologues, anthropologues, historiens d'art et écrivain se complètent pour faire émerger des réflexions stimulantes sur la place qu'occupe l'ornementation du corps des hommes dans les relations sociales.

  • Bresil l'heritage africain

    Collectif/Colle

    • Dapper
    • 23 Septembre 2005

    Du xve au xixe siècle, sur les onze à quinze millions d'africains qui ont traversé l'atlantique dans les soutes des bateaux négriers, environ trois millions et demi débarquèrent au brésil.
    C'est dans ce pays, oú ils s'efforcèrent de perpétuer leurs traditions, qu'ils furent les plus nombreux. cet ouvrage montre la parenté des productions afro-brésiliennes et des arts de l'afrique subsaharienne en privilégiant les regards croisés. dans cette perspective, les auteurs, anthropologues, sociologues, ethnomusicologue et historienne de l'art, chercheurs français et brésiliens, ont exploré les données matérielles et spirituelles à la lumière de cet héritage.
    L'étude d'erwan dianteill se concentre sur les principales religions afro-brésiliennes, candomblé, umbanda et macumba, avec leurs variantes et leurs codes spécifiques, tandis qu'ismael pordeus analyse la séquence rituelle du culte de guérison olubajé du candomblé. la transmission des croyances se fait notamment par l'intermédiaire des danses, des chants et des instruments de musique qui accompagnent les cérémonies.
    Xavier vatin en souligne la dimension sacrée et les origines africaines. les moments de communion partagés avec les autres membres, lors des cérémonies, renforcent la cohésion des fidèles. ils transmettent non seulement des valeurs héritées de l'afrique, mais aussi des codes marqués par le système esclavagiste qui, comme l'explique roberto motta, influent aujourd'hui encore sur leur image et sur leur place dans la société.
    Les actes cérémoniels afro-brésiliens trouvent leur justification dans des traditions anciennes. sans oublier que les esclaves venaient de quelques autres pays d'afrique, la contribution de christiane falgayrettes-leveau remonte aux sources principales auxquelles se rattachent trois grandes aires culturelles africaines yoruba (nigeria, bénin), fon/ewe (bénin, togo) et bantu (république démocratique du congo, congo et angola).
    Au brésil, la proximité et la complémentarité des croyances religieuses font se côtoyer sur les autels des éléments de l'héritage africain et des figures de saintes et de saints noirs, comme le montre vagner gonçalves da silva. des artistes brésiliens, plasticiens et photographes dont les démarches originales sont évoquées par joëlle busca, puisent une part de leur inspiration dans ces croyances et pratiques religieuses.
    A travers cet ouvrage accessible à un large public, le regard porté sur les racines africaines du brésil ouvre une nouvelle voie de réflexion pour les sociétés métisses, fortes de leurs identités plurielles. ce livre a été édité sous la direction de christiane falgayrettes-leveau, avec la collaboration scientifique d'erwan dianteill, à l'occasion de l'exposition brésil, l'héritage africain, conçue dans le cadre de l'année du brésil en france, sous l'égide des gouvernements français et brésilien.

empty