Paraguay Press

  • Peintre et inventeur, Eugène Frey (1863-1930) a développé en même temps que les pionniers du cinéma des techniques inédites de décor animé pour le théâtre. Aujourd'hui, l'artiste João Maria Gusmão réinterpète ces techniques et les recontextualise aux côtés de Loïe Fuller, Georges Méliès, Lotte Reiniger... Première publication consacrée à l'oeuvre d'Eugène Frey, le somptueux catalogue de l'exposition au Nouveau Musée national de Monaco présente les textes de Stéphane Tralongo (université de Lausanne) et Laurent Mannoni (Cinémathèque française), ainsi qu'une oeuvre de fiction par João Maria Gusmão.

    Artiste oublié de l'histoire de l'art et de la scène, le jeune peintre Eugène Frey (Bruxelles 1863 - Courbevoie 1942) inventa en 1900 la technique des « Décors lumineux à transformations » - un système complexe de projections lumineuses combinant techniques picturale, photographique et cinématographique, qui permettait de conférer aux décors de scène de multiples variations de couleurs, de lumières et de formes, mais aussi d'y intégrer des images en mouvement. Il développa ce procédé unique sur la scène de l'Opéra de Monte-Carlo, entre 1904 et 1938.
    Dans la volonté de redécouvrir l'oeuvre prolifique d'Eugène Frey, le NMNM a invité l'artiste João Maria Gusmão à réinterpréter la technique des Décors lumineux. Assimilant sa recherche à une enquête métaphysique sur le terrain des médias analogiques expérimentaux, détournant au passage le vocabulaire de pionniers du cinéma (tels Eadweard Muybridge) ou de physiciens et philosophes des sciences (James Clerk Maxwell, Ernst Mach), João Maria Gusmão a élaboré une installation scénographique composée de multiples projecteurs de diapositives modifiés. Synchronisées dans les différents espaces de la Villa Paloma, ces projections réactivent les différentes techniques d'animation utilisées par Frey, sous la forme d'un « micro-cinéma en lumière continue ».
    Au fil de ce parcours pré-cinématographique, l'exposition confronte différents projets décoratifs d'Eugène Frey aux créations expérimentales de nombreux autres inventeurs, des premières années du XXe siècle jusqu'à nos jours, parmi lesquelles : les pièces d'ombres de Caran d'Ache; le théâtre mécanique de l'artisan-horloger Emmanuel Cottier ; le théâtre d'ombres de l'artiste Hans-Peter Feldmann et les performances de Lourdes Castro ; les films de silhouettes créés par Lotte Reiniger ou Michel Ocelot ; les expériences fantasmagoriques de Georges Méliès, Alexandre Alexeïeff et Claire Parker ou encore Jean Hugo ; les chorégraphies lumineuses de Loïe Fuller et les installations de Gusmão + Paiva.
    João Maria Gusmão présente cette première monographie consacrée à l'oeuvre d'Eugène Frey. L'ouvrage contient également des textes de Stéphane Tralongo, professeur de cinéma à l'université de Lausanne et de Laurent Mannoni, directeur des collections scientifiques de la Cinémathèque française.

    Publié à l'occasion de l'exposition « Variations. Les décors lumineux d'Eugène Frey présentés par João Maria Gusmão », Villla Paloma, Nouveau Musée national de Monaco, du 7 février au 30 août 2020.

  • Témoignage inestimable sur la déportation et l'holocauste des Roms pendant la Seconde Guerre mondiale, l'oeuvre de Ceija Stojka (1933-2013) est présentée pour la première fois dans sa double dimension d'oeuvre graphique et poétique. Dans cet ouvrage, le verso de ses oeuvres, où elle décrit et témoigne par l'écriture, est présenté à égalité avec ses dessins et peintures. La langue particulière de Ceija Stojka, expressive et quasi phonétique, est transcrite en allemand et traduite en anglais.

    Publié à l'occasion de l'exposition éponyme à la Malmö Konsthall en 2021.

  • Catalogue présentant un corpus spécifique et inédit de chacune des trois artistes Joëlle de La Casinière, Ana Jotta et Anne-Mie Van Kerckhoven.
    Three Moral Tales accompagne l'exposition des artistes Joëlle de La Casinière, Ana Jotta et Anne-Mie Van Kerckhoven organisée par François Piron à la Konsthall de Malmö pour l'été 2019. La publication met l'accent sur un corpus spécifique de chacune des trois artistes, qui n'a pas fait l'objet d'une documentation jusqu'à présent. Les Tablotins de La Casinière sont des poèmes-collages, entre le haïku et la miniature médiévale réalisés entre 1972 et 2014 au fil des déplacements et méditations de l'artiste qui les concevaient initialement comme des lettres à ses ami.e.s. La pratique de Van Kerckhoven s'accompagne fréquemment de textes, poèmes, déclarations et statements dont 24, rédigés entre 1979 et 2019, sont ici réunis. L'oeuvre Ana et eu (Ana et moi), 2018 d'Ana Jotta est un vaste mobile constitué de vingt disques peints, associant des motifs abstraits et des fragments empruntés au comic de George Herriman, Krazy Kat, documentés en détail dans la publication.

empty