Honore Champion

  • Offrir à partir d'une documentation scrupuleuse « une fresque explicative et illustrative du labeur paysan », « un vaste échantillon de termes français ou des patois régionaux illustrant la vie à la campagne, hier et aujourd'hui » éclairer « notre passé pour essayer de s'adapter, de se renouveler », parcourir « les régions de France » et « leur vocabulaire imagé ou technique, traditionnel ou novateur », tel est bien l'objectif de ce dictionnaire. Conçu et rédigé par un professeur des universités, lexicologue et lexicographe rompu à tous les registres de langue, auteur notamment de dictionnaires d'argot faisant autorité, ce dictionnaire constitue de fait un « tableau » précis et émouvant de « ce qui se passe en dehors des villes ».

  • Ce dictionnaire répond à une triple volonté : il entend d'abord établir le bilan de plusieurs décennies de réflexion théorique, plus de quarante ans après la parution du Pacte autobiographique (1975) de Philippe Lejeune. Il vise ensuite à cartographier un champ de recherches dont l'extension est souvent mal comprise : l'autobiographie au sens strict, mais également, et plus globalement, les écritures de soi. À un moment où la médiatisation de l'autofiction brouille les frontières entre fiction et non-fiction, il semble important de décrire les spécificités du champ non fictionnel et de se demander si l'écriture autobiographique est un modèle d'écriture identifiable à quelques traits précis ou un registre qui transcende les frontières génériques. Enfin, ce dictionnaire souhaite féconder un nouvel élan théorique. Il dépasse une vulgate promue par l'institution scolaire et universitaire, constituée en canon, ne se limite pas aux seuls corpus consacrés mais s'intéresse également à des auteurs méconnus, voire aux écritures ordinaires. Derrière le succès de l'autobiographie se cache une diversité de pratiques et de genres ayant en commun l'écriture à la première personne, qui connaissent des fortunes variables mais ne cessent de se nourrir réciproquement : Mémoires, souvenirs, témoignages, journaux personnels, correspondances intimes, chroniques... Il s'agit de désenclaver l'autobiographie en la réinscrivant dans une large continuité historique et au sein de l'espace francophone ; les écritures de soi, souvent réduites à leur seule prétention à calquer le monde, sont aussi des supports essentiels au renouvellement de la création littéraire.

    Sous la direction de Françoise Simonet-Tenant, avec la collaboration de Michel Braud, Jean-Louis Jeannelle, Philippe Lejeune et Véronique Montémont.

  • Pleins feux sur nos dictionnaires, ce sont 2500 citations consacrées aux dictionnaires, 2000 articles recueillant les réflexions surprenantes, drôles, insolentes, profondes, pétillantes de 700 personnalités, écrivains, savants, humoristes, journalistes, lexicographes, chanteurs s'exprimant sur le sujet, du XVIe au XXIe siècle. Avec en fin d'ouvrage un index permettant, par exemple, de savoir ce que Racine, Flaubert, Brassens, Baudelaire, Tahar Ben Jelloun, Paul McCartney, Woody Allen, Georges Feydeau, l'Académie française, Pierre Larousse, Paul Robert, ont dit des dictionnaires. C'est aussi une somme de réflexions faisant référence, jamais réunie jusqu'ici et résultant de la longue expérience d'un spécialiste reconnu des dictionnaires. Cet ouvrage de plus de 600 pages s'adresse à tous les amoureux de la langue française. C'est un surprenant lieu de mémoire. Pour tous.

  • André Girard (1860-1942), compositeur de musique puis correcteur, travailla dans la presse anarchiste et fut notamment le collaborateur de Jean Grave, qui dirigeait Les Temps nouveaux. Il contribua au Révolté et à La Révolte, à l'Action sociale, à l'Art social, aux journaux de Sébastien Faure le Libertaire et Ce qu'il faut dire, il fut aussi rédacteur en chef de l'Avenir international...

    On avait oublié qu'il avait été également le bras droit de Maurice Lachâtre, qu'il fut le principal rédacteur du Dictionnaire-Journal et le secrétaire de rédaction du Dictionnaire La Châtre. Il publia de rares brochures, Anarchie, Éducation et autorité paternelle, L'Enfer militaire ou Anarchistes et bandits. Le courant dont se réclame Girard est clairement éducationnel. Il participa à Jean- Pierre et aux Petits Bonshommes, deux journaux destinés à la jeunesse.

    Les textes réunis ici sous la forme d'un dictionnaire ont paru dans le Dictionnaire-Journal, entre 1894 et 1899. Ces notices développées concernent aussi bien l'actualité anarchiste de cette fin de siècle mouvementée que les théories de l'anarchie. Ces textes nous permettent de partager les idées émancipatrices de cette fin de XIXe siècle, lesquelles trouvent un écho étonnant dans les réflexions post-capitalistes de notre début de XXIe siècle.

empty