Points

  • Dans les années 1970, l'avortement est un acte lourd de conséquences, condamné par la loi française et pratiqué clandestinement.
    Lorsqu'elle présente son projet de loi en 1974, Simone Veil fait face à une majorité de députés opposés à l'avortement. Malgré des débats houleux, parfois d'une grande violence, son discours finit par remporter l'adhésion. La loi sur l'Interruption volontaire de grossesse (IVG) poursuit ainsi l'entreprise d'émancipation sociale de la femme. Quelques années plus tôt, en 1967, Lucien Neuwirth avait fait voter une loi sur la maternité volontaire autorisant la contraception.

  • Timide ou réservé, vélo ou bicyclette ? Quelle est la nuance ? Un dictionnaire des synonymes se contenterait de juxtaposer ces mots en proposant de remplacer l'un par l'autre. Mais l'art de la nuance, c'est faire jouer la langue dans ses plus fins rouages, lui permettre d'exprimer toute sa richesse et sa subtilité. Au travers de textes courts et de mots choisis, Rémi Bertrand invite à rendre leurs différences aux synonymes. Né à Charleroi (Belgique) en 1982, Rémi Bertrand est l'auteur d'un essai et d'un récit sur l' « euthanavie », La Mandarine blanche (Le Rocher, 2005). Coxyde, sa deuxième fiction, vient d'être publié aux éditions Le Somnambule équivoque, (2006). Un avant-goût :
    Mail ou courriel ? : " Le mail est destiné au proche ; le courriel à l'interlocuteur distant. L'un s'impose dans le cercle des amis et de la famille (« ce petit mail pour te dire que je pense à toi ») ; l'autre fait figure de courrier professionnel (« J'ai bien reçu votre courriel et je vous en remercie »). L'un désigne un échange intime, qui peut aller jusqu'à la confidence; l'autre est réservé aux demandes, aux confirmations, aux tracasseries administratives faussement personnalisées. Le mail est au courriel ce que la lettre est au courrier. Quel amant enverra un courrier à a sa promise alors qu'il peut épancher son coeur dans une lettre ? ".

  • Qu'ont donc en commun le lycée et le lupanar ? Dire que l'un mène trop souvent à l'autre serait d'une affligeante mauvaise foi ! Mais qu'on y voie aux deux le loup, embusqué derrière les racines lupa et grecque lukos , est en revanche une piste savante pour cerner ce qui relie les établissements scolaire et libertin avec encore la pratique du golf, l'invention du ballon à air chaud, le nom d'une tribu d'Amérindiens et celui d'un ministre de la Guerre de Louis XIV !

  • Couard : ce mot qui signifie timide, poltron, est une altération du latin cauda, queue ; il a été formé par allusion à certains animaux qui, lorsqu'ils ont peur, serrent la queue entre les jambes.
    Hic : mot latin qui signifie ici. quand on dit : c'est là le hic, on veut dire : voilà le point important, le noeud de la difficulté. un étymologiste prétend qu'il était autrefois d'usage de placer cette particule à côté des endroits remarquables dans un ouvrage qu'on lisait. tous les mots ont une histoire mais certains ont une destinée ! qu'il soit le fruit d'une anecdote ou le fantôme d'une personne oubliée, chaque mot de ce petit dictionnaire ludique et instructif vous révélera son secret...

  • " S'il existait un Top 10 de la ponctuation selon la fréquence de chaque signe dans les imprimés, le point-virgule arriverait, et de loin, en queue du peloton. Force est de constater qu'il fait partie des finesses menacées par l'appauvrissement de l'expression écrite. Il faut sauver le soldat point-virgule ! " La ponctuation est un art délicat. On l'utilise parfois sans y réfléchir, un peu comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir. Sur un ton résolument badin, deux correcteurs professionnels proposent une approche décomplexée de cette indispensable " petite science ".

  • Les deux font la paire

    Patrice Louis

    • Points
    • 19 Octobre 2006

    Des couples célèbres et indissociables hantent notre langage quotidien : Sodome et Gomorrhe, Castor et Pollux, Pelléas et Mélisande, mais aussi Bonnie & Clyde, Lagarde et Michard ou Moët et Chandon... Ainsi surgissent dans nos conversations ces duos inséparables, qu'on invoque sans même plus y penser. Quelle est l'origine de ces associations ? Remontant aux sources des mots, Patrice Louis nous livre ici, entre érudition et sourire, un vrai petit manuel de culture générale...

  • C'est la cata !

    Pierre Bénard

    • Points
    • 19 Octobre 2006

    Finies la cordialité, la chaleur : place à la « convivialité » tous azimuts...
    On ne fait plus face, on ne contrôle plus, on ne gouverne plus : on « gère ». Gérer est devenu un « mot à tout faire », qui concerne tous les aspects de notre vie : conjoint, plan de carrière, petites maladies, grand bonheur... Et de nombreuses chroniques encore sur « la mode du long » qui nous fait utiliser « positionner » au lieu de « placer » ou « poster », etc., sur les néologismes, la « langue épaisse », l'oubli des règles...

  • A l'étranger, quand un Alain Delon ou une salope sur le dos, soit de bien jolis paletots, vous entrez dans un bataclan , débit de boissons ou restaurant, n'ayez pas honte de commander un boudin à la monde ou un baiser bien sucré, ce ne sont là que de pâtissières spécialités ! Mais évitez autant que possible de clamer que vous venez pour un rendez-vous (c'est coquin à peu près partout ! ) avec un cheval ou une coccinelle , l'un désignant un mercenaire à Moscou et l'autre un travesti en hébreu !

  • Connaît-on vraiment l'origine des expressions telles que « toucher le pactole », « tomber dans les bras de Morphée », « s'endormir sur ses lauriers »oe Si leur emploi est fréquent, rares sont ceux qui connaissent les épisodes de la mythologie qui leur ont donné naissance. Isabelle Korda s'emploie, avec humour et intelligence, à combler cette lacune. Racontant les mille et une aventures des dieux et héros antiques (grecs et romains), elle nous plonge dans une culture qui a profondément marqué la langue française et nous livre un récit des origines instructif et distrayant.

empty