Payot

  • Qu'est-ce qu'un fait religieux et que révèle-t-il ? Qu'est-ce que le sacré ? Quel est l'idéal de l'homme religieux ? Une fois de plus, Mircea Eliade (1907-1986) met son érudition et sa puissance intellectuelle synthétique au service du lecteur pour l'éclairer sur les religions du monde entier, leur signification et leur histoire.

  • Les trois tomes de «Histoire des croyances et des idées religieuses» représentent une oeuvre irremplaçable. L'érudition et la puissance intellectuelle synthétique de Mircea Eliade apportent au lecteur une vision des religions qui fait apparaître à la fois l'unité fondamentale des phénomènes religieux et l'inépuisable nouveauté de leurs expressions selon sa formule. Ce tome II est consacré en grande partie aux religions de la Chine ancienne, au bouddhisme ainsi qu'à la naissance du christianisme.

  • Les trois tomes de l'Histoire des croyances et des idées religieuses représentent une oeuvre irremplaçable.
    L'érudition et la puissance intellectuelle synthétique de Mircea Eliade apportent au lecteur une vision des religions qui fait apparaître à la fois l'unité fondamentale des phénomènes religieux et l'inépuisable nouveauté de leurs expressions selon sa formule.
    Le tome III, De Mahomet à l'âge des Réformes, poursuit, de saint Augustin au siècle des Lumières, l'histoire des Églises chrétiennes. Il étudie également Mahomet et l'essor de l'islam et consacre plusieurs chapitres aux mystiques juive, chrétienne et musulmane, mais aussi aux hérésies, aux pratiques populaires et ésotériques, jusqu'aux Réformes. S'y ajoutent deux chapitres consacrés aux religions eurasiennes et tibétaines.

  • Les trois tomes de l'Histoire des croyances et des idées religieuses représentent une oeuvre irremplaçable.
    L'érudition et la puissance intellectuelle synthétique de Mircea Eliade apportent au lecteur une vision des religions qui fait apparaître à la fois l'unité fondamentale des phénomènes religieux et l'inépuisable nouveauté de leurs expressions selon sa formule.
    Le tome I, De l'âge de pierre aux Mystères d'Éleusis, nous conduit des premiers comportements magicoreligieux préhistoriques au culte de Dionysos, aux religions mésopotamiennes, de l'Égypte ancienne, d'Israël, des Indo-Européens, de l'Inde pré-Bouddha, ainsi que la religion grecque et iranienne.

  • Le mot de croisade est, de nos jours, plus souvent galvaudé qu'à son tour, de G.W. Bush qui le brandit au lendemain de l'attentat du 11 septembre 2001, comme une menace contre les terroristes à tel gouvernement qui déclare lancer une « croisade contre la fraude fiscale » ou « contre la grippe ». Il a bien évidemment une toute autre résonance dans le monde musulman où il est perçu comme le début d'une lutte armée impitoyable menée par les États chrétiens d'Europe contre l'Islam et où il préfigure l'impérialisme de l'Occident sur la planète et son corollaire, le colonialisme, que l'Europe n'en finit plus d'expier.
    Pour bien comprendre les enjeux de la question, il faut, selon Jean Flori, revenir à l'origine du mot. Qu'est-ce en réalité qu'une croisade ? Un pèlerinage armé ou une expédition purement militaire de reconquête chrétienne ? L'effet d'un élan populaire spontané et anarchique, ou au contraire une entreprise pontificale mûrement conçue destinée à assurer le triomphe du catholicisme ? Faut-il définir la croisade à partir de ses objectifs initiaux ou de ses transformations ultérieures ?
    Avec son brio habituel et sa verve jubilatoire, teintés d'une bonne dose d'ironie, Flori bouscule le « politiquement correct ». La croisade serait en fait le produit d'une évolution des idées qui, dans l'Occident chrétien, a peu à peu justifié puis sacralisé certaines guerres et par là-même valorisé moralement et spirituellement ceux qui les menaient. Né en 1095, son concept est directement issu de celui de guerre sainte qui se poursuit indépendamment de lui jusqu'à ce que l'Église romaine tente - et dans une très large mesure réussisse - à « confisquer » la croisade en l'institutionnalisant et à l'utiliser contre des objectifs qui n'ont alors plus guère de rapports avec ses traits constitutifs majeurs. En témoignent cette croisade avant la croisade qu'est la Reconquista espagnole ou ces expéditions des XIIIe-XVe siècles contre les païens des régions baltiques, les « hérétiques » du Languedoc ou les rois et princes chrétiens réfractaires aux décisions pontificales.
    Un essai d'histoire des idées volontiers polémique en ces temps où éclatent de nouvelles confrontations entre Orient et Occident.

empty