Les Deux Oceans

  • S'il est un domaine où excellèrent les taoïstes, c'est bien celui de l'alchimie, principalement de l'alchimie intérieure (Nei-tan). C'est de cette alchimie si particulière dont traite le Ling Pao pi-fa, ouvrage du xie siècle, du temps de la grande dynastie des Song (960-1280). À cette époque, plusieurs empereurs furent de fervents taoïstes qui aspiraient à devenir des immortels et encourageaient les recherches de drogues de longue vie. Ces expériences s'étant révélées dangereuses et mêmes mortelles, peu à peu, l'alchimie opératoire (wai-tan), qui a recours aux appareils de laboratoire et aux ingrédient chimiques, fut délaissée au profit de l'alchimie intérieure (nei-tan), dont les processus se déroulent à l'intérieur du corps et de la conscience de l'adepte. Tout cela au moyen d'un travail surtout mental : l'oeuvre alchimique consiste ici en une série complexe d'exercices de concentration spirituelle, de respiration contrôlée, de visualisations.

  • Le Weisheng shenglixue mingzhi, dont Catherine Despeux nous donne ici une présentation et la traduction intégrale, s'inscrit dans la tradition chinoise de l'alchimie taoïste. Ce texte fut écrit à la fin du XIXe siècle par le maitre taoïste Zhao Bichen.

    Le but de ces pratiques, où l'énergie sexuelle joue un rôle prépondérant, est bien sûr l'immortalité et la longévité, mais aussi les richesses, la chance, le bonheur et la félicité dans le monde des hommes, car pour les taoïstes il s'agit d'harmoniser la réalité quotidienne et le divin, d'être à l'écoute du ciel afin d'assurer un cours paisible à son destin.

empty