Books On Demand

  • Le périphérique est une plaie qui doit être traitée comme précédemment Haussmann le bâtisseur ou le démolisseur de Napoléon III, au choix, a transformé Paris en lui apportant une identité incontestée de nos jours. Or, de De Gaulle à Mitterrand, Paris a été survolée en hélicoptère et la politique s'est mêlée des enjeux de l'avenir. De Gaulle aurait déclaré à Paul Delouvrier (grand commis de l'Etat) : « Delouvrier, mettez-moi de l'ordre dans ce bordel ». On connait la suite, les villes nouvelles et les grands ensembles urbains sont les revers de notre société et de la région Parisienne toute entière. Certes la ville ne se fait pas en un jour, mais la césure entre Paris et sa banlieue est bien liée au périphérique. Un avenir et des mises à jour qui évoluent au grès des urbanistes de l'Etat sans réelle vision, une fois de plus. C'est le sujet de ce diplôme datant de 2002 légèrement remanié pour la cause. Les membres de mon jury prestigieux : Alain Sarfati, architecte, urbaniste mondialement reconnu. Jean-Paul Jungmann, architecte, écrivain, éditeur et professeur. Philippe Boudon, architecte et urbaniste, rédacteur en chef de la revue A.M.C de 1967 à 1968, théoricien de « l'espace architecturologique ». Elisabeth Mortamais architecte urbaniste et professeur et Serge Dollander architecte urbaniste et professeur m'ont décerné le titre informel de « Poète D.P.L.G ». C'est cette vision d'un morceau du périphérique remodelée, vision plus ample d'une architecture volontariste Haussmannienne, et par-delà une vision métaphorique du périphérique que je vous invite à découvrir à travers des documents d'archives et des images informatiques recalculées, à partir de la maquette informatique d'origine.

  • Le Lyon-Turin est le principal projet d'infrastructure sur lequel l'auteur a travaillé, de 1994 à 2017, au sein des services régionaux de l'État, à Lyon. En racontant son histoire, Christian Maisonnier cherche à comprendre comment ce grand projet ferroviaire a été imaginé et pourquoi son maillon principal, le tunnel de 57 km sous les Alpes, est en travaux, alors qu'aucune décision n'est prise sur les lignes nouvelles étudiées entre Lyon et Turin, de part et d'autre de ce tunnel. Il met en lumière la complexité du dossier et en donne une lecture accessible. Loin des polémiques et des idées préconçues, il montre la diversité des interprétations possibles de ces données. Il s'inspire des approches européennes ou suisses pour élargir son analyse. Il constate que nos modèles actuels d'évaluation socio-économique des investissements, qui reposent trop sur la croissance, sont inadaptés pour décrire ce que nous attendons aujourd'hui de ce projet. Il pense que nous comprendrions mieux les décisions prises, ou à prendre, si nous adoptions une approche qui valoriserait la transition écologique et solidaire, suivant cette belle ambition qui a donné son nom, en 2017, à son ministère de rattachement.

empty