Magellan & Cie

  • La Drôme scintille des montagnes du Diois au Rhône. Avec elle, faisons le voyage jusqu'au fleuve et qu'importe s'il est de 106, 108 ou peut-être 111 kilomètres. Traversons les paysages que la rivière dessine et que les hommes ont investis à leur tour, de village en pont, de crête en vignoble. Écoutons-la circuler où bon lui semble, souvent libre de vagabonder sans entrave.
    La Drôme, l'une des dernières rivières « sauvages » d'Europe, entraîne dans son sillage un ruban de vie foisonnante, végétale et animale. Saurons-nous saisir le chant du guêpier, l'empreinte du castor dans l'argile, le réveil du saule au bout des branches rouges ? À pied, en canoë, à vélo, avec la voiture ou par le train, prenons le temps de rejoindre la Drôme. Une fois encore, elle nous donne rendez-vous...

  • 1) Un hymne à la vie naturelle dans une région qui se partage entre forêts profondes et montagnes.
    2) Un hymne au retour aux sources par un bourlingueur qui n'aime rien tant que de partir au loin pour mieux revenir.
    3) Un hymne à la richesse humaine et à la beauté d'une région confrontée à de multiples défis sociaux et économiques.

    EXTRAIT : « Je n'ai jamais caché mes rêves. Les Vosges ont habité ceux de l'enfance. Étrange attirance pour l'urbain, né à Nancy, l'historique et éclairée cité des ducs de Lorraine, à mille lieues des clairs-obscurs vosgiens filtrant des vallées industrielles et des forêts profondes. Lors de longues villégiatures estivales, et grand-parentales, je succombais volontiers à leur charme incertain. De celui qui met justement en mouvement... l'esprit et le corps. »

  • 1) Mise en valeur d'un des hauts lieux de la vie culturelle et spirituelle de France qui attire encore aujourd'hui beaucoup de visiteurs du monde entier.
    2) Retour sur un endroit qui a inspiré nombre d'écrivains et de philosophes, au point qu'ils s'y soient installés : Romain Rolland, Max-Pol Fouchet, Paul Claudel...
    3) Hymne à une région splendide dont Vézelay constitue un phare.

    EXTRAIT : « Voici donc la colline où, dit-on, soufflent en tempête les quatre vents de l'esprit, ceux qu'a sculptés sur un chapiteau de la nef un artiste inconnu du xiie siècle. Qu'on arrive de l'ouest, par la route de Clamecy, ou de l'est, par la route d'Avallon, en s'arrêtant un moment, comme les anciens pèlerins, à la croix de Montjoie, l'étonnement, quelles que soient les couleurs de la saison, est le même : comment ne pas être sensible à la puissance mesurée du site, à l'élan de cette «colline sacrée entre toutes» (Romain Rolland) ? à cette «convocation» de collines (Paul Claudel) ? »

empty