Books On Demand

  • Le Rire : essai sur la signification du comique Pourquoi rions-nous de voir quelqu'un trébucher ? Pour quelles raisons Molière continue-t-il de nous amuser ? Comment expliquer qu'un jeu de mots ou un trait d'esprit prêtent à sourire ? Dans Le Rire, qu'il publie en 1900, Bergson apporte à ces questions des réponses décisives. S'appuyant sur des exemples quotidiens et de nombreuses références littéraires, il décrypte les formes du comique pour y déceler un ressort commun : l' interférence de deux séries , c'est-à-dire la présence simultanée de deux éléments distincts ou incompatibles. Au passage, il ne manque pas d'analyser le rôle social ambivalent d'un réflexe qui tout à la fois manifeste l'élan vital et brime les comportements hors normes. Si cette oeuvre, qui doit beaucoup à une tradition classique, méconnaît les manifestations transgressives, sombres, ludiques ou absurdes, du rire, elle n'en demeure pas moins capitale pour qui veut comprendre le propre de l'homme .

  • Extrait : Nous osons croire, à l'honneur du siècle où nous vivons, qu'il n'y a point dans toute l'Europe un seul homme éclairé qui ne regarde la tolérance comme un droit de justice, un devoir proscrit par l'humanité, la conscience, la religion une loi nécessaire à la paix et à la prospérité des États.

  • A la providence, aux superstitions et à l'intolérance, les Lumières opposent la raison. Désormais, cette dernière endosse le rôle de "guide" (Diderot). Elle doit ouvrir les portes de la modernité, à la fois, en favorisant l'essor des sciences & techniques et en promouvant des valeurs, entre autres, de liberté et, globalement, d'humanisme. Pour ce faire, sont sollicitées respectivement la raison pure et la raison pratique. A travers elles, des Hommes veulent être "maîtres de leur destinée".
    Seulement, sous l'impulsion de Kant, les Lumières placent la morale sous l'égide de l'autorité de la conscience. Ce positionnement est une erreur majeure qui ruine complètement toutes leurs ambitions. Car il entraîne le déclassement de la morale et, par ricochet, une sous-optimalité structurelle de la raison pure à travers, précisément, la libération du potentiel du désir. Dès lors, ce positionnement impacte négativement "la culture et la civilisation kantiennes", celles de l'occident à partir des Lumières. Car, grâce à la Psychanthropologie, on peut désormais démontrer que le principe kantien de l'autonomie de la volonté a une "connivence" avec la violence et la servitude. En cette première moitié du 21e siècle, les inquiétudes sur l'avenir de l'humanité tirent principalement leurs sources, entre autres, de ce positionnement des Lumières.

  • Et si tous les maux actuels de la Terre, pauvreté, catastrophes naturelles, réchauffement climatique, raréfaction des matières premières, effondrement de la biodiversité..., avaient une cause originelle commune ?
    Et si ce dénominateur commun était aussi l'un des seuls leviers sur lequel il est encore possible d'agir pour atténuer les conséquences graves des crises environnementales et humaines qui ne manqueront pas d'émailler le 21e siècle ?
    Après avoir décrit « l'impasse évolutive » dans laquelle l'Humanité s'est engagée depuis des siècles, l'auteur propose une nouvelle vision de l'Humanité, de son rôle, de sa place.
    Ce chemin, sur lequel l'auteur propose de s'engager, est fondé sur une nouvelle philosophie, moins anthropocentrée, qui redonne toute sa place au vivant, qui ambitionne de faire de la Terre une planète :
    - où nous vivrons dans un monde plus serein, respectueux des ressources minérales et de la biodiversité, offrant ainsi à une Humanité moins nombreuse des conditions de vie plus saines, sources d'épanouissement personnel, - où nous pourrons à nouveau rêver au bord de la rivière, écouter le vent dans les feuilles du tremble, regarder les truites moucher, le caloptéryx miroiter d'éclats métalliques, admirer le chant du loriot et son plumage d'or, observer du chevreuil autre chose qu'une croupe affolée.
    Une démographie maîtrisée, un nouvel espoir pour l'Humanité et pour la biodiversité !

  • Qu'est-ce que c'est « le temps » ?
    Est-ce qu'un arbre a des sentiments ?
    Comment serait-il d'être immortel ?
    Qu'est-ce qui est vraiment très beau dans ce monde ?
    Qui est plus heureux, les adultes ou les enfants ?
    Et, en fait, qu'est-ce que c'est « le bonheur » ?

    Dans ce livre, vous allez trouver 123 questions qui - en combinaison avec des images inspirantes - invitent parfaitement à philosopher avec des enfants à partir de 8 ans et avec des jeunes.

  • Elsa et ses amis partent pour une nouvelle mission d'État secret-défense, mais cette fois-ci dans les tourbières d'Irlande du Nord, classées reserves naturelles protégées.
    Quelques personnes sont décédées dans ce secteur, piquées par des insectes apparemment très dangereux. Dans cette situation inédite, la population, inquiète, exigera-t-elle un retour à l'utilisation des pesticides afin d'éradiquer ces insectes tueurs ?
    Mais ces animaux volants, sont-ils réels ou bien issus d'une technologie de pointe et manipulés par des personnes mal intentionnées et dans ce cas, pourquoi ?
    L'équipe réussira-t-elle sa mission, élucider l'énigme avec les moyens de haute technologie à leur disposition, mais aussi avec l'aide de Norbert, le chat futé d'Elsa, bien réel, lui, et de Jojo, le faucon pèlerin de Midori ?

    Cet essai, conte philosophique, pose la question de la liberté d'action de chaque individu et du rôle des gouvernements pour maintenir la démocratie, par la mise en oeuvre de la vertu.
    Est-il possible de construire un monde meilleur ?

    Rose et Carl Landepirol.

  • Aimer au sens humain du mot n'est pas quelque chose de spontané. Cela s'apprend tout au long de la vie, et par une réflexion à quoi ce livre veut contribuer.
    Il ne défend aucune vision normative de l'amour. Il traite d'abord de l'amour-passion, qui se nourrit de désir et de rêves. Puis de l'amour-compassion, qui affronte le réel. Ensuite il met en lumière les dangers qui guettent l'un et l'autre : l'oubli d'autrui pour le premier, le sacrifice de soi pour le second. La dernière partie montre ce que pourrait être un bon usage de l'amour, exempt de ces deux dangers, et triomphant de la prose de l'existence au moyen de l'humour.

  • L'actualité, en 2014, ce sont notamment les projecteurs braqués sur la ville de Berlin. Les récits historiques, intimes, passionnés ou érudits des dislocateurs du mur sont un tremplin pour accompagner une réflexion plus générique. Ce pas supplémentaire, philosophique, esthétique et politique prolonge l'avènement, il y a vingt-cinq ans, d'une société superposant transparence et coercition. C'est cette dimension indéniablement caractéristique du temps présent qu'explore La BibliotheK Sauvage avec LE MUR DANS TOUS SES ETATS.
    Associer des «voies et des voix singulières», tels que Ernest Pignon-Ernest, Marcel Moreau et Antoine de Galbert, c'est l'aventure à laquelle invite le présent volume. En leur compagnie, le lecteur pourra capter un peu de cette lumière tout à la fois insolite et omniprésente qui désenclave aujourd'hui le champ des possibles. Auteur(e)s et artistes réunis dans cette publication : Jessica Attily. Marie Bécheras.
    Pierre Chaise. François Charvin. Alain Guilleux. Arnaud Montmajour. Agnès Pataux. Helena Schmetzger. Lauriane Stengers. Jean-Pierre Texier.

  • Manger bio : à quoi ça sert ?
    L'utopie agroécologique.
    La double face de l'inra.
    Vous avez dit « biologiste » ?
    Mais où sont passés les arbres ?
    La pensée industrielle.
    De la znieff à kepler 186-f.
    Protéger la Nature, ça veut dire quoi ?
    L'appareillage dans les pseudo-sciences.
    Le désir de la machine.
    Où vont les colibris ?
    Le leurre de Prométhée.
    L'art de réfléchir par soi-même.
    Le chapelet des mystères.
    NAGESI.

    NAGESI, prononcé naguézi, acronyme allemand de nature, société et spiritualité. Les textes réunis ici, écrits entre 2012 et 2015, sont situés dans le triangle de vue formé par l'exploration de la Nature, la construction de la Société et la quête de sens. La ligne directrice est la nécessité de faire évoluer notre société, en cherchant une troisième voie entre le nihilisme et la technique à tout-va. Cette vaste entreprise démarre par une évolution de nos façons de voir le monde ; les idées développées ici sont nécessaires mais pas suffisantes (le chemin est long du coeur à la tête et plus long encore de la tête à la main). Mais leur force réside dans le chemin qu'elles tracent, tout autant rationnel qu'ouvert sur l'inconnu.

  • Qui ne s'est jamais posé un jour une des questions suivantes ? Comment fonctionne notre univers ? Qu'est-ce que la vie ? Qu'est-ce que la conscience ? Qui sommes-nous réellement ? Pourquoi notre société va- t-elle si mal en ce moment ? Pourquoi la nature semble-t-elle se déchainer ces derniers temps ? L'homme n'a-t-il pas de limites ? Peut-il aller jusqu'à se détruire ?
    L'auteur nous apporte ici avec simplicité et humour, des réponses claires et rationnelles à toutes ces questions et il nous montre également qu'il n'est pas nécessaire d'être un homme de science, un philosophe, ou un maître spirituel pour comprendre. Il suffit juste d'un peu de bon sens et savoir mettre de côté nos préjugés humanistes.
    /> Bienvenue dans la réalité...

  • La réflexion de Michèle Jeunet pointe une question urgente, qui promet des réveils douloureux si nous ne la prenons pas en charge aujourd'hui, celle de la place des femmes dans l'Eglise ; plus précisément, de la façon dont cette part de l'humanité qui se refuse, à juste titre, d'exister simplement dans l'ombre des hommes, s'y trouve respectée, attendue, reconnue dans ses responsabilités, appelée à des postes de décision. Il en va pour l'Eglise, de la capacité à déployer pleinement le message de l'Evangile.

  • Sur les épaules des plus jeunes reposent tous nos rêves de changer la société. La jeunesse est toujours un pari sur l'avenir, et les Millenials incarnent la promesse d'un monde meilleur. On lui prête des qualités, un idéalisme que nous avons perdus en chemin. Lourde responsabilité pour des gamins, qui ont tout à prouver, dont nous présumons peut-être des forces. La vérité est qu'il n'existe pas plus de chef d'Etat providentiel qu'il n'existe de génération providentielle.

  • Faisant suite à la Critique de la raison pure et deuxième grand ouvrage critique, la Critique de la raison pratique , paru en 1788, est le grand texte de la philosophie morale de Kant. Elle abandonne l'analyse de la raison dans son état spéculatif pour se consacrer à son usage pratique. Fort des acquis de la Critique de la raison pure, Kant s'attaque au domaine de l'agir et non plus celui de la connaissance théorique. La philosophie pratique veut répondre à la question: Que dois je faire? . Elle comporte aussi bien la philosophie morale que la philosophie du droit et la philosophie politique. La philosophie pratique s'intéresse aussi à la question: Que puis-je espérer? Elle montre que les idées transcendentales, bien qu'elles ne puissent pas devenir objets de notre connaissance, doivent être posées pour permettre la moralité et l'espérance. L'une des innovations notables de la Critique de la raison pratique par rapport aux Fondements de la métaphysique des moeurs (1785) est l'apparition de la notion de loi morale, qui s'impose à la raison................

  • Italien Nostos

    Collectif

    Ci accompagnano da sempre, da prima ancora che li incontriamo: sono i nostri Archetipi Narratori, dei compagni di viaggio, simili a noi ma più potenti, che strutturano la nostra esistenza e la caricano di coincidenze, sogni e simboli. Questo racconta questo libro, aiutandoci ad avvicinarci alla loro comprensione. Pagina dopo pagina siamo guidati verso quel luogo dentro di noi dove comincia ogni verità e ogni mistero. E dove, ascoltando le voci sussurranti degli Archetipi, possiamo scoprire l'infinita grandezza di quel viaggio che chiamiamo vita.

  • À ce livre écrit en 1904 Rudolf Steiner a expressément voulu donner le caractère d'une introduction. Grâce à une observation très précise de l'homme, Steiner fait apparaître méthodiquement les différents constituants de la nature humaine, depuis le corps physique jusqu'aux différents éléments suprasensibles de son être. Partant de la réalité de la biographie humaine, il fonde une compréhension moderne de la réincarnation et du Karma. Par-là, cet ouvrage se place au coeur de la démarche anthroposophique.
    On peut dire que La théosophie est le livre qui, à l'aube du XXème siècle, pose les premiers éléments d'une science de l'esprit. Steiner l'a en effet conçu comme un éveilleur de la vie de l'esprit, et non comme une somme de révélations.
    Il souhaitait qu'on lise ce livre autrement qu'on lit d'autres livres : en élaborant par soi-même chaque phrase. C'est en effet à chaque lecteur d'en expérimenter par lui-même le contenu et d'apporter à ce texte au style mathématique et sobre, d'où l'émotion et la chaleur sont volontairement absentes, sa propre chaleur et sa propre émotion.

  • « Toute vérité franchit trois étapes. D'abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence. » Ainsi s'exprimait le philosophe du 19ème siècle Arthur Schopenhauer. Le 21ème siècle s'empreigne plus que jamais de cette citation à travers ses nouveaux paradigmes naissants concernant l'éthique, le vivant, la condition animale, le végétalisme. Cet ouvrage concentre les quelques réflexions d'un homme en quête de sens, à travers un monde prédestiné à être verdoyant. Les bénéfices de ce livre seront pour la SPA.

  • Qu'est-ce que c'est « le temps » ? Est-ce qu'un arbre a des sentiments ? Comment serait-il d'être immortel ? Qu'est-ce qui est vraiment très beau dans ce monde ? Qui est plus heureux, les adultes ou les enfants ? Et, en fait, qu'est-ce que c'est « le bonheur » ? Dans ce livre, vous allez trouver 123 questions qui - en combinaison avec des images inspirantes - invitent parfaitement à philosopher avec des enfants à partir de 8 ans et avec des jeunes.

  • Il serait bête de résumer un livre dont le seul but est d'être lu et compris.

  • Mes pensées

    Charles Péguy

    Mes pensées de Charles Péguy sont un condensé de ses réflexions.

    Grâce à des extraits judicieusement choisis parmi ses nombreuses oeuvres et publications par son fils Pierre, nous disposons ici d'un ouvrage de référence.

  • Les mots qui vont surgir savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char A l'instar de cette citation de René Char , l'écriture se révèle une métanoia , cette à dire cette faculté de notre esprit à renaître d'une épreuve, d'une période délicate en allant au delà de ce qui nous dépasse et ainsi amorcer une transformation en soi.
    Par un travail associant le corps et l'écriture, tout un chacun pourra se rencontrer dans des espaces inconnus jusque là et aller vers son Autre.

  • Ce petit ouvrage dense mais accessible veut apporter plusieurs contributions originales à l'éthique et à la philosophie politique. La cohérence de leur ensemble peut former l'assise d'un nouvel humanisme. La réflexion part du constat que la condition humaine, tissée d'essence et d'existence, est à la fois un état et un projet. De plus, le sujet humain est autant un nous qu'un je , autant une personne commune qu'une personne individuelle. Prenant le contre-pied de la lutte du maître et du serviteur de Hegel, l'existence d'un nous requiert de mettre de côté la dialectique de la domination pour adopter la dialectique de la curiosité. Elle seule permet à soi et à l'autre une reconnaissance mutuelle comme conscience de soi d'égale valeur, ce qui fonde la dignité, la complicité humaine, et un monde commun partagé avec l'autre. Ainsi, l'éthique et le politique reposent sur cet espace du nous , qui est d'abord un espace avec . Penser à la fois le je et le nous conduit à approfondir et compléter la formulation de l'impératif de Kant, en intégrant éthique et politique, respect de l'autonomie des personnes individuelles et respect de la synomie (syn- : avec en grec) des personnes communes. Dans cet esprit, mieux que le modèle du consentement, il faut penser selon le modèle de l'accord pour que le nous ne résulte ni de la contrainte ni de la pression. De même, comme toute personne est responsable de ses actes, il convient de mieux penser les responsabilités individuelles et collectives. L'auteur montre les implications sur quatre aspects importants dans nos vies : 1° exiger l'établissement d'un vrai contrat démocratique au lieu des délégations semi-démocratiques actuelles, qui favorisent le mensonge, 2° lutter contre l'intoxication publicitaire et consumériste, qui nous donne une fausse image du monde réel, nous harponne sans notre accord et fait pression sur nous, 3° rétablir et renforcer les systèmes de garantie de vérité pour dégonfler l'inflation des affabulations dans le tissus de nos cultures, 4° promouvoir dans le cadre du travail un nous humaniste, en décourageant par exemple les techniques délétères de management désincarné. Ce manifeste se conclut sur une réflexion métaphysique : l'être humain et l'humanité ne sont ni infinis ni finis, mais transfinis, sans cesse à la recherche d'eux-mêmes. Cette situation même est la condition humaine. Notre devoir est que nos vies s'épanouissent et notre humanitude se densifie le plus possible.

  • Si je devais résumer ce livre, puisqu'il paraît qu'un ouvrage est plus intéressant à lire lorsqu'il est résumé, je dirais qu'il ne mâche pas ses mots, tout comme le premier ouvrage. Il s'agit là du dernier court ouvrage philosophique de mon nom. L'humanité se détruit au fil des ans, et détruit sa propre planète, celle qui l'a créé, en la condamnant à brève échéance. Mais peut-être suis-je un fou, si je dis que la nature reprend ses droits, montre une force originelle qui parfois nous dépasse. Mais nulle folie n'est présente en l'âme de celui qui croit bien que l'homme se détruit.

  • L'Alcahest Quantique se propose de vous décrire l'Univers d'un point de vue unique en son genre. Il est le Résultat de 7 années de recherches, d'analyses et de mise en synthèse, dans les divers domaines de la science. La vision de l'Univers que l'auteur a développé au travers de ce livre, vous permettra de découvrir qu'en définitive, tout est exactement à sa place, en tout instant et en toute circonstances. Rien n'est dû au hasard. Cette vue de l'Univers est à 99% compatible avec les connaissances et résultats scientifiques actuels, et se propose de revoir uniquement quelques détails, qui pouvant sembler insignifiants, changent en réalité beaucoup de choses dans la manière d'aborder l'Univers, son écoute, et sa compréhension.

  • Erasme dresse dans Éloge de la folie un tableau peu reluisant d'une humanité orgueilleuse et arrogante. Il fait parler la déesse de la Folie qui professe une critique virulente des diverses professions et catégories sociales: les théologiens, les maîtres, le haut clergé, mais aussi les courtisans. Un ouvrage incontournable pour tout amateur des écrits du célèbre théologien des Pays-Bas.

empty