Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 14/02/2022

Documentation Francaise

  • Parfois louangeurs parfois critiques, de tous les livres existant sur Jack Lang aucun ne propose une réflexion systématique sur les politiques culturelllesmise en place à cette époque. Conçu sous la forme d'un dictionnaire avec ses 108 entrées alphabétiques réparties en trois parties. 60 éminents spécialistes ont participé à ce dictionnaire, cet ouvrage a l'ambition d'être la référence et d'offrir des clefs de compréhension de cette époque et de l'héritage considérable qu'elle nous a légué.

  • Cette 12e édition présente les collectivités territoriales françaises en 2021, après les transformations intervenues avec leslois MAPTAM (2014) et NOTRe(2015), le redécoupage des régions... Les nouvelles obligations pesant sur les élus depuis les lois de 2017 pour la confiance dans la vie politique, les évolutions relatives au statut de Paris, de la Nouvelle-Calédonie ou la nouvelle collectivité de Corse depuis le 1er janvier 2018 sont également exposées, de même que les inévitables répercussions de la crise sanitaire sur les finances locales. Les questions-réponses (une centaine) sont organisées autour de six thèmes : les différentes catégories de collectivités territoriales, les grands principes les régissant, leurs compétences, leurs finances, la démocratie locale et l'intercommunalité.

  • Une Europe pour aujourd'hui et pour demain : souveraineté, solidarité, identité commune Nouv.

    Alors que la crise de la Covid-19 a mis les institutions de l'UE à rude épreuve, la Présidence française de l'Union européenne (PFUE) sera un moment crucial pour l'avenir de l'Europe. Elle s'ordonnancera autour d'un programme de travail législatif (publié le 1er décembre 2021) et portera une ambition de long terme pour le projet européen.
    Ce rapport est la synthèse de travaux et des auditions qui ont été réalisées sur différents sujets auprès de personnalités françaises de haut niveau. Il renouvelle l'exercice classique d'analyse des politiques européennes grâce à une approche plurielle et indépendante qui lui permet de prendre de la hauteur par rapport à ces sujets tout en gardant une perspective réaliste et opérationnelle. Les propositions et prises de position, rédigées sous forme de notes, s'articulent autour de cinq principaux chapitres.

  • Ce livre retrace la trajectoire des politiques culturelles des villes depuis la création du ministère des Affaires culturelles jusqu'aux années 2020. La gouvernance se déploie en trois régimes d'action publique successifs. Entre 1960-2000 la décentralisation culturelle jette les bases d'une grammaire politique partenariale État-villes. Puis de 1980 à 2000, Les villes s'engagent sur la voie de la territorialisation des politiques publiques, épaulées par la professionnalisation de leurs cadres. Et depuis le début du XXIe siècle, on assiste à une «métropolisation» de la culture. Ce qui veut dire que les villes les plus importantes occupent une place majeure dans le développement culturel, selon trois stratégies : la stratégie de de la ville créative, celle de la ville participative et celle de la ville globale.

  • La démocratie libérale , il y a encore peu de temps, semblait être le dernier mot de l'histoire. Aujourd'hui des signaux de crise se manifestent un peu partout dans le monde : France, Royaume-Uni ou encore en Suisse. En même temps, différentes formes de renouveau démocratique apparaissent. Souvent en lien avec les outils numériques, elles visent à rendre la démocratie plus participative. L'engagement citoyen prend de nouvelles formes militantes et associatives. Le gouvernement explore de nouvelles options pour renouveler le modèle démocratique mais est-ce suffisant ?

  • La question de la démocratie représentative a pris une ampleur sans précédent en France alors même que l'on va célébrer le soixantième anniversaire de la Ve République. Les élections de 2017 se sont déroulées dans le cadre d'une crise historique de confiance entre les Français et leur personnel politique. Les propositions de réforme constitutionnelle se sont multipliées. Comment expliquer cette crise de confiance ? Comment renouer le lien politique avec des citoyens plus autonomes ? En quoi la situation française est-elle différente des autres démocraties européennes ? En quoi la démocratie directe ou la démocratie participative sont-elles des perspectives d'avenir ? Comment concevoir de manière réaliste une amélioration de la vie démocratique ? Telles sont les questions abordées dans cet ouvrage.

  • "Cet ouvrage dresse le portrait de la justice civile, pénale et administrative à la lumière de ces changements. Il est organisé autour de quatre thèmes : la définition de la notion de justice et de ses principes, le fonctionnement de la justice, les gens de justice, la justice internationale.
    Sa présentation sous forme de questions-réponses et d'encadrés, fait de cet ouvrage un outil de travail utile notamment pour bien se préparer aux concours et examens.
    "

  • Les primaires ouvertes ont été célébrées à la fois comme une avancée démocratique et un outil performant sur le plan électoral. Adoptées par le parti socialiste en 2011, elles sont pourtant devenues le mode de désignation du candidat à l'élection présidentielle du parti socialiste, de la droite Républicaine et des écologistes lors des deux dernières élections de 2012 et 2017. Elles sont célébrées comme une innovation démocratique car elles donnent un nouveau pouvoir aux "sympathisants", et non pas qu'aux adhérents, et parce qu'elles contribuent à mettre en débat les propositions des partis. Les primaires ne renforcent-elles pas la présidentialisation et la personnalisation de la vie politique? Ne contribuent-elles pas à hystériser le débat public? N'affaiblissent-elles pas des partis politiques qu'elles cherchent à re-légitimer mais dont elles affaiblissent les fonctions traditionnelles (programmatiques notamment)? Les primaires sont- elles un vrai renouveau démocratique ? Exacerbation de la politique spectacle ou nouvelle chance pour le débat ?

  • Les évènements de janvier 2015 ont relancé un débat déjà très vif en France sur la laïcité et l'appréhension du fait religieux. Dès 2014, l'actualité jurisprudentielle a été particulièrement dense concernant les revendications religieuses (jugement définitif de l'affaire Baby Loup, arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme sur le voile intégral, jugement de la cour administrative d'appel de Lyon sur l'alimentation halal en prison).
    Cet ouvrage évoque les questions nouvelles posées par l'expression du religieux dans la sphère publique. Il aborde les aspects philosophiques, juridiques et sociologiques de cette thématique transverse au regard de la liberté de conscience et de religion au coeur du principe de laïcité.

  • Pour la première fois, un beau livre est consacré à l'hôtel de Matignon.
    Résidence officielle et lieu de travail du Premier ministre, ce lieu historique est connu comme étant un symbole du pouvoir politique. C'est aussi un patrimoine exceptionnel dans lequel trois siècles d'histoire de l'architecture, des beaux-art et d'art des jardins sont mis en valeur. Cet ouvrage, richement illustré par des documents d'archives rares et près de 300 photographies inédites de l'hôtel, retrace l'histoire de l'hôtel de Matignon depuis sa construction au XVIIIe siècle avant de proposer une visite contemporaine du bâtiment, du mobilier et du jardin.

  • En quoi l'histoire nous éclaire-t-elle sur les mutations et les adaptations qu'a connues la Ve République, plus généralement sur l'évolution de nos démocraties et le présent ? La longévité de la Constitution de 1958 ne manque pas d'être marquée par des changements multiples et profonds. La fin de la guerre froide a produit un premier ébranlement. Né de la mondialisation, le second séisme s'est amplifié avec l'irruption des nouvelles technologies et de l'internet. Travail d'historiens, ce volume analyse soixante ans d'évolution des institutions et de la pratique politique, l'Athènes du Ve siècle avant J.-C., la pratique du vote, symbole majeur de la démocratie, et la notion de laïcité, valeur typique de la République française.

  • Le Conseil d'Etat formule quatorze propositions pour améliorer la conception, la conduite et l'évaluation des expérimentations. Il propose en particulier une simplification du cadre législatif des expérimentations des collectivités territoriales conduites sur le fondement de l'article 72 de la Constitution et quatre axes pour élaborer des stratégies ministérielles de l'expérimentation.

  • "Constitué d'une multitude de pratiques, individuelles ou collectives, le sport comporte une dimension culturelle, qui repose sur une histoire, sur le suspense du jeu, mais aussi sur la diversification et l'évolution du geste sportif. Fait social global, il reflète les évolutions sociales et économiques.
    A la suite des auditions conduites et des débats auxquels ont donné lieu les six conférences publiques organisées sur ce thème, il apparaît que le sport repose en France sur des responsabilités partagées, qui sont à la recherche d'un modèle de gouvernance original (première partie), qu'il constitue un levier pour de multiples politiques publiques et se situe au croisement de défis économiques et sociétaux majeurs (deuxième partie). Point de convergence d'enjeux déterminants pour l'intérêt général, il appelle une politique publique ambitieuse, fondée sur la concertation des acteurs, la démocratisation des pratiques et une régulation effective (troisième partie).
    "

  • Analysant les transformations et les enjeux de la décentralisation, cette nouvelle livraison des Études propose un état des lieux exhaustif et à jour d'une institution en pleine mutation. Il tient compte des dernières évolutions législatives et réglementaires, avec notamment les lois Maptam (de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles) du 16 janvier 2015 relative à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral, et la loi NOTRe (portant nouvelle organisation territoriale de la République) du 7 août 2015 qui confie de nouvelles compétences aux régions.

  • Les classes moyennes sont au coeur du débat public. On les dit en déclin, paupérisées, fragilisées par la crise économique. Mais au juste, de qui parle-t-on ? Malgré la difficulté qui existe à les définir et à en délimiter les contours, on estime qu'environ la moitié des ménages composent les classes moyennes. Forment-elles un groupe homogène ou se caractérisent-elles par des profils sociaux variés et des situations économiques constatées ? Sontelles réellement en crise ? Pour répondre à ces questions, « Place au débat » vous propose l'analyse d'un auteur spécialiste.

  • Les 10 et 17 juin 2012, une nouvelle Assemblée nationale a été élue pour cinq ans. Cette nouvelle législature est la première à se dérouler entièrement sous le nouveau règlement adopté après la réforme constitutionnelle de 2008 qui a revalorisé le rôle du Parlement. Mais quels sont ses pouvoirs désormais ? A l´heure d´Internet, est-elle toujours le lieu de débat démocratique par excellence ? L´auteur a présidé cette institution de 2007 à 2012, et présente de façon très claire et accessibles ces évolutions et le rôle de l´Assemblée.

  • Le paysage politique est en recomposition. La social-démocratie recule dans de nombreux pays. En France, une nouvelle force politique a balayé les traditionnels partis de droite et de gauche aux dernières élections. Jusqu'où ira cette mutation ? L'ancien clivage gauche-droite est-il dépassé ou sortira-t-il sous une forme nouvelle ? Quelle est l'influence de cette évolution sur les extrêmes ?

  • Les élections municipales de mars 2020 sont l'occasion de questionner la démocratie locale et ses modes de fonctionnement. L'auteur, Rémi Lefebvre, nous livre ici son point de vue, original et à rebours de certaines analyses, et ouvre ainsi le débat sur plusieurs points. Les communes sont-elles encore les aires privilégiées d'expression et de participation des citoyens, de proximité avec les élus ? Qui sont les élus locaux aujourd'hui ? Leur profil a-t-il évolué ? L'intercommunalité a-t-elle bousculé cette démocratie locale ? Comment s'insèrent les dispositifs de démocratie participative dans cette vie politique locale ? Si municipalité est souvent associée à proximité, aussi bien dans la prise de décision que de l'accès aux élus, l'auteur démontre que la situation a changé aujourd'hui.
    Avec l'intercommunalité (réunion de plusieurs communes dans une nouvelle structure), certaines décisions ne sont plus prises dans le cadre de la commune et sous l'égide du maire. Le profil des élus se technicise aussi du fait des tâches de plus en plus complexes qu'ils ont en charge. La vague de démissions des maires en 2018-2019 et la "crise des vocations" supposée laisse percevoir une forme de malaise.

  • Les Cahiers français ont toujours suivi les grandes lois de la décentralisation et de l'organisation des territoires. La loi NOTRe a été votée en août 2015, ce numéro fait donc le point sur ce 3e volet de la réforme territoriale après la création des métropoles et le passage à 13 régions métropolitaines. Il s'agit notamment de comprendre la nouvelle organisation, les attributions des différentes collectivités et les rapports qu'elles entretiennent entre elles. Il s'agit aussi d'examiner l'évolution de leurs ressources et s'agissant de l'État, de voir de quelle façon il réinterroge ses missions et relance la déconcentration de ses pouvoirs

  • Le gouvernement Ayrault a lancé les « emplois d'avenir » pour s'attaquer au chômage des 16-25 ans. Les jeunes ont partie des catégories les plus touchées par la crise. Mais qui sont-ils ? Forment-ils un ensemble homogène ou très divers ? Quels sont leurs valeurs, leurs codes sociaux ? École, emploi, santé, religion, culture, politique, engagement associatif, rapports intergénérationnels., ce nouvel ouvrage de la collection Doc' en Poche dresse, en répondant à 30 questions fondamentales, un portrait social de la jeunesse française qui met à mal les clichés habituels.

  • Fondateur du Festival d'Automne, Michel Guy élargit la diffusion des manifestations artistiques : il crée " l'Office national de diffusion artistique " (ONDA), chargé d'aider les lieux de spectacles modestes à travers la France à accueillir des troupes théâtrales et chorégraphiques de format moyen, et lance la politique des " chartes culturelles " destinée à développer la collaboration sur projets entre l'État et les collectivités territoriales. Il introduit également dans le cahier des charges des sociétés de radiotélévision l'obligation de diffuser un quota de manifestations artistiques. Il crée en décembre 1975 une Direction du Livre qui permet enfin au ministère de la Culture de traiter les questions relatives au livre et aux bibliothèques de lecture publique.

empty