Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 14/02/2022

Odile Jacob

  • « J'espère qu'à travers un parcours jalonné tantôt par une action modeste et militante, tantôt par une participation importante aux événements, le lecteur bénéficiera d'un supplément de clarté sur notre histoire commune. Il verra, tout au moins je l'espère, que certaines des innovations que j'ai proposées sont toujours d'une brûlante actualité et, pour certaines, porteuses d'avenir. » J. D.
     

  • La France est-elle un pays libéral ? Elle se plaint de l'être trop mais, selon Jean-Philippe Feldman, elle ne l'est pas et ne l'a jamais été. Capitalisme, libéralisme, économie de marché, profit et libre entreprise y sont voués aux gémonies comme si la puissance publique était faible, alors que l'État est omniprésent. En réalité, elle est le seul pays développé à cumuler autant de manifestations d'antilibéralisme. Elle constitue, à ce titre, « une - malheureuse - exception unique au monde ».

    Pour appuyer cette thèse, cet ouvrage retrace la genèse de l'étatisme français. Partant des origines et de la constitution de l'État, il se livre à un examen minutieux de son évolution. Seule l'histoire du temps long - 1 200 ans de Charlemagne à Emmanuel Macron - permet de comprendre pourquoi les Français, à la différence des Anglo-Saxons, sont amoureux de l'autorité plutôt que de la liberté, champions des prélèvements obligatoires, égalitaristes, nantis d'un État providence, d'une fonction publique pléthorique, rétifs au libre-échange et à la mondialisation. Seule, elle permet de comprendre pourquoi la France est une société bloquée.

    De cette enquête sans concession, mêlant avec acuité références théoriques et précision factuelle, il ressort un tableau peu reluisant de l'État : centralisé, interventionniste, protectionniste, mal géré et fiscalement oppressif, rivé à la fonction publique, profondément ancré dans l'étatisme.

    Richement nourri de sources historiques, d'analyses juridiques, économiques et sociologiques, le livre cherche à éclairer le présent en le replaçant dans une perspective élargie. Plaidoyer en défense du libéralisme, il apporte une contribution remarquable à un débat très vif : la France peut-elle être réformée ou transformée ?

  • Daniel Sibony est de passage à Tel-Aviv lorsque les fusées attaquent la ville. Il livre ici ses impressions et ses pensées. Les roquettes lui rappellent, en plus violent, les pierres qu'il recevait enfant, à Marrakech, dans la médina. Il retrouve sa sérénité d'alors, cette force où l'on a en soi, presque en même temps, la détresse et la joie de vivre, et où l'on peut se sentir attaqué sans être détruit. D'ailleurs, non loin de là, une institutrice a innové ; lors des alertes, elle fait entonner aux enfants des chansons nouvelles : « J'ai peur, j'ai peur, mon coeur fait boum-boum, on doit courir aux abris. » Cette chronique écrite au coeur du conflit s'accompagne de réflexions inédites sur le djihad, les rapports entre l'islam et l'Occident, le conflit du Proche-Orient. La solution que Daniel Sibony propose se formule comme un paradoxe : la paix ne viendra que de la paix. Ce qui seul pourra affronter le grand malentendu.

  • Qu'est-ce qu'une mafia ? Qu'est-ce qui la différencie d'une simple association criminelle ? Pourquoi sa puissance et son action s'avèrent-elles plus redoutables aujourd'hui ? Que sait-on vraiment de l'histoire récente de la mafia italienne, de la mafia albanaise, des triades chinoises ou des Yakuza japonais ? Quels sont désormais les points chauds de leur influence, quels sont leurs objectifs, quelles sont leurs armes nouvelles ? L'un des meilleurs spécialistes français des nouvelles formes de criminalité fait le point. Une référence pour comprendre à la fois le fonctionnement interne d'une mafia et ses dangers réels aujourd'hui. " Un étonnant voyage initiatique. " Le Monde. " Une oeuvre majeure. " Revue internationale de criminologie.

  • « Démocratie providentielle », « démocratie extrême », les notions forgées par Dominique Schnapper, une des grandes voix de la pensée politique française, sont passées dans le langage courant. Elle revient dans ce livre sur les thèmes qui sont aujourd'hui au coeur du débat public : le malaise des populations immigrées, le chômage, la place de l'islam, le rapport à la République et à la nation.

    Comment penser la démocratie en France ? Comment fonder des liens entre les individus et les groupes, afin qu'un avenir commun puisse être envisagé ? Loin des idéologues de l'identité comme des défenseurs du multiculturalisme, Dominique Schnapper analyse patiemment ce qui permet la relation à l'autre et donne du sens à la citoyenneté. Racisme, laïcité, remise en cause des institutions, intégration, judaïsme, individualisme et communauté, droits des minorités, aucune question n'est éludée et toutes sont abordées avec la même rigueur scientifique et morale.

  • " L'histoire de la France me possédait, j'aimais ses héros, ses fastes, et les grandes idées venues d'elle qui avaient soulevé le monde.
    J'avais la conviction, depuis l'enfance, que j'aurais à la continuer. J'ai parfois évoqué, avec mes compagnons de captivité, cette voix qui exigeait l'effort. Il nous suffisait qu'il y eût, là-bas, un général inconnu, au nom prédestiné, qui parlait à la France. Voilà pourquoi, moi qui n'ai jamais été gaulliste, je n'ai jamais été non plus "anti" : en souvenir de ces heures sombres où de Gaulle portait l'espoir.
    J'éprouvais une profonde admiration pour le caractère, le courage, l'intelligence du chef de la France libre même si je contestais ses méthodes avant de combattre sa politique. F.M. Il y a un demi-siècle, l'histoire personnelle de François Mitterrand a rencontré l'histoire de la France. Jusqu'à la fin, il aura poursuivi son dialogue avec elle. C'est à un demi-siècle de luttes et de rêves que ce livre est consacré - oeuvre que la mort a interrompue.

  • Parcourant presque quarante ans de vie politique (1981-2019), Pascal Salin dresse un constat implacable : pour lui, gauche et droite ont mené, peu ou prou, la même politique, imprégnée du même idéal collectiviste et égalitaire. Le changement de politique récent lui-même n'aura servi à rien si ce n'est à reproduire les erreurs du passé : loin des réformes dont la France a besoin, il n'y a, selon lui, rien de libéral dans les politiques mises en oeuvre.

    Cet essai est à la fois un livre d'histoire politique et d'histoire économique.

    Pourfendant les idées reçues, Pascal Salin explique clairement et simplement les fondamentaux de la théorie libérale, dont il montre la force insoupçonnée.

  • La criminalité n'est plus aussi bien définie que l'était celle de l'après-guerre.
    Elle revêt de multiples formes et adopte un caractère global et mondial. Jean-François Gayraud et François Thual proposent donc une approche pluridisciplinaire pour étudier ce nouveau phénomène. Plus qu'une simple économie parallèle, dans certains pays, les manifestations criminelles sont une menace réelle pour les Etats et la démocratie, comme au Mexique, par exemple. Les auteurs exposent toutes les facettes actuelles de cette menace, mais se projettent également dans l'avenir.
    Pourquoi la grande criminalité internationale a-t-elle augmenté de façon vertigineuse ? Quelles sont les luttes de territoire entre organisations ? Comment l'argent sale pèse-t-il sur le capitalisme, etc. ?

  • Un manifeste pour l'égalité d'accès à des soins de qualité, une extension du champ de la Sécurité sociale et une promotion de la démocratie sanitaire.
    Face à un déclin programmé de notre système de protection de la santé publique, parmi les plus grands médecins, mais aussi des patients, des scientifiques et des personnalités des Arts et des Lettres (123 signataires au total), soumettent 17 propositions pour une politique fidèle aux principes d'égalité et de solidarité. Une refonte du pacte social républicain de 1945, dans un esprit d'éthique, de qualité et de démocratie.

  • La " laïcité à la française " fait figure d'exception, rarement comprise à l'étranger. Il est significatif que le mot n'a pas d'équivalent dans une autre langue. En France, il suffit de le prononcer pour rassembler un large consensus. Et pourtant, nombreuses sont les divergences en ce qui concerne son interprétation. Entre les tenants d'une laïcité intransigeante, qui flirtent parfois avec l'anticléricalisme, voire l'hostilité à toute forme de religion, et les défenseurs d'une " laïcité ouverte ", l'éventail est large des opinions et des débats. Après un rappel contextuel par les auteurs des termes du débat et de son évolution, les quelque 140 questions présentées dans ce recueil se font l'écho de ces interrogations. En effet, si aujourd'hui la laïcité fait l'objet encore d'un large consensus, étant parvenue à faire cohabiter une grande diversité de religions et d'opinions, une éventuelle révision de la loi de 1905 alimentera encore ce débat.

  • Quelles ont été les grandes vagues d'immigration en Franceoe Combien d'étrangers franchissent chaque année nos frontières ? Qu'est-ce qu'un Français de souche ? Qu'appelle-t-on une société pluriethnique ou multiculturelle ? Quelle différence avec le communautarisme ? Existe-t-il une réelle politique communautaire en matière d'immigration légale et clandestine ? Qu'est-ce que l'immigration choisie ? Existe-t-il un lien entre immigration et trafics internationaux ? Y a-t-il une recrudescence des actes racistes aujourd'hui en France ? Comment est perçue la pratique du CV anonyme par les recruteurs ? Quelles sont les mesures de discrimination positive en matière d'éducation ? Qu'entend-on par " modèle français d'intégration " ? Débattre en étant informé ; débattre avec des arguments 135 réponses aux questions que vous vous posez sur les grands enjeux de notre société.

  • " Lorsque le mandat s'achève, que l'oeuvre s'accomplit, et qu'avec l'âge l'horizon se rapproche, le besoin naît, souvent, de rassembler des pensées éparses et de confier à l'écriture le soin d'ordonner sa vie.
    Arrivé là où j'en suis, j'éprouve, moi aussi, maintenant, la nécessité de dire, en quelques mots trop longtemps contenus, ce qui m'importe. Tel est l'objet de ce livre. C'est pourquoi j'ai entrepris avec Elie Wiesel ce travail de mémoire. "

  • "Je rêve à la prédestination de l'Allemagne et de la France, que la géographie et leur vieille rivalité désignent pour donner le signal de l'Europe.
    Si elles ont gardé en elles le meilleur de ce que je n'hésite pas à nommer leur instinct de grandeur, elles comprendront qu'il s'agit là d'un projet digne d'elles. Elles auront d'abord à s'en convaincre. La France toujours tentée par le repli sur soi et l'illusion épique de la gloire dans la solitude, l'Allemagne toujours hésitante entre ses vocations, soit nation arrimée à l'union de l'Europe, soit héritière, sans le dire, d'ambitions impériales.
    On me dira: c'est une utopie ! Mais qu'est-ce qu'une utopie ? Ou bien c'est une absurdité, et le temps se chargera de nous répondre. Ou bien ce n'est que l'anticipation d'un nouvel état possible. Si se produit un sursaut des volontés, en ce moment unique où tout est possible en Europe, alors l'utopie sera réalité. Et beaucoup d'entre vous la connaîtront. " F.M. Au-delà de la leçon d'Histoire, au-delà de l'essai politique, ce livre est le témoignage émouvant d'un homme habité par le destin de son pays, instruit par les guerres qui l'ont déchiré, déterminé à construire une Europe ouverte et sûre d'elle-même, capable de faire l'Histoire au lieu de la subir.

  • La Ve République a 60 ans. C'est toujours un moment complexe, pour un régime politique, que de passer ainsi un cap au-delà duquel la communauté nationale qui le sous-tend n'a plus de rapport historique direct avec les circonstances de son apparition ni avec la mémoire des origines qui en découla. Ainsi, qu'on se déclare favorable à son maintien ou qu'on en critique au contraire les défauts supposés, le verdict ou le diagnostic sont toujours formulés par rapport à aujourd'hui.
    Or c'est bien dans la durée de ses six décennies d'existence que l'on peut analyser la situation actuelle de cette République. D'autant que celle-ci est née au coeur des Trente Glorieuses et qu'elle apparut à l'époque comme la forme institutionnelle modernisée d'un écosystème républicain qui avait déjà connu, avant elle, une longue histoire. Dans un monde qui a radicalement changé en soixante ans, et qui se trouve de nos jours placé sous le double signe de la globalisation et d'une crise apparente des démocraties libérales, qu'en est-il de l'État-nation France et de la survie éventuelle de la République cinquième du nom ? Ce livre, par des allers-retours entre l'histoire des proches décennies et la situation de la France contemporaine, tente de répondre à de telles interrogations.
     

  • « Les évolutions de l'emploi et des revenus, l'état des inégalités sociales, les risques pesant sur l'emploi et la protection sociale rendent plus urgent et plus nécessaire que jamais de proposer une synthèse politique portant sur la transformation de l'État social, avec l'espoir de servir à une reconstruction adaptée à notre temps. La crise économique et sociale dans laquelle nous sommes désormais engagés va à la fois solliciter et profondément remettre en question notre système de l'emploi et notre protection sociale.

    Nous préconisons dans ce livre une réorganisation du système éducatif permettant l'éveil et le développement de chacun, une réforme drastique de la formation permanente, une politique familiale plus axée sur les moins nantis et sur les familles monoparentales, un service public de l'emploi qui offre à tous les jeunes sortant de l'école et aux chômeurs des prestations de qualité leur permettant d'accroître leurs capacités et de jouer leurs chances.

    C'est bien la question de la solidarité que nous adressons à notre société marquée par un individualisme croissant et par la substitution de la compassion à la responsabilité collective. » J. D. et M. D.

    Jacques Delors a été, notamment, ministre de l'Économie et des Finances, président de la Commission européenne, et président du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale.

    Michel Dollé, économiste, a été secrétaire général du Commissariat au Plan, et rapporteur général du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale.

  • L'essor fulgurant des technologies numériques, conjugué à leur sophistication de plus en plus grande, les rend chaque jour plus intrusives pour l'intimité de chacun. Dénonçant cette dégradation des libertés individuelles, déjà entamée avec l'informatisation des fichiers, Alex Türk soulève ici des questions tout à fait nouvelles : peut-on échapper à ce traçage généralisé, alors qu'on parle d' "informatique ambiante" ? Au nom de la sécurité, ne sacrifie-t-on pas trop facilement la vie privée ? Que faire pour préparer nos enfants à l'exercice de leurs libertés fondamentales dans la société numérique ? Enfin, ce mouvement est-il irréversible ou avons-nous encore les moyens de l'encadrer ?Convaincu que le respect de la vie privée est l'un des piliers de la démocratie, Alex Türk plaide pour un droit à l'opacité et lance un cri d'alarme : c'est la société tout entière qui doit se mobiliser rapidement. Avec la miniaturisation des systèmes, "viendra une époque où la question de savoir si l'on est fiché ou non, localisé ou non, pucé ou non, n'aura même plus de sens." Cette époque, c'est demain.

  • la france ne serait-elle plus seulement une terre d'immigrationoe elle devient, et pour la première fois de son histoire, un pays d'émigration.
    la dénatalité menacerait-elle toujours notre système de retraites ? la france renouvelle, au rebours de ses partenaires européens, ses générations. le vieillissement de sa population serait-il encore à redouter ? quand l'espérance de vie en bonne santé ne cesse de croître, les personnes âgées mènent toujours plus longtemps une vie autonome.
    le "désert français" ne serait-il pas une image dépassée ? nos campagnes se peuplent aujourd'hui plus vite que les villes.
    quatre faits occultés, quatre mystères auxquels s'attaque hervé le bras.
    avec rigueur et humour, il dessine le nouveau tableau de la population française en réfutant les lieux communs des prophètes du déclin.

  • La politique étrangère de la France est-elle encore guidée par l'idée d'intérêt national ?
    Ce qui semble prévaloir depuis dix ans, ne serait-ce pas plutôt la référence aux valeurs et une rhétorique guerrière pour justifier l'aventure extérieure ?
    Pourtant, la notion d'intérêt national était au coeur de notre tradition diplomatique du cardinal de Richelieu au général de Gaulle. Elle permettait de hiérarchiser nos valeurs et nos alliances.
    S'appuyant sur les contributions de grands acteurs et penseurs de notre diplomatie, ce livre analyse la politique étrangère de la France à l'aune de l'intérêt national compris comme moteur et comme cadre d'action.
    S'inscrivant dans le débat sur l'identité française, il évalue aussi la place de la France dans le monde et les relations complexes que les Français entretiennent avec la mondialisation.
    Un enjeu fondamental pour la présidentielle et les cinq ans à venir.

  • Comment préserver les forces vives de l'avenir ? En levant les verrous qui pèsent sur l'individu, la société, l'Europe et les nations. Telle est la réponse de Jacques Lesourne.

    Il livre ici une analyse concrète des erreurs et des insuffisances de gouvernance. Toutes ont conduit, au cours de l'Histoire, à des situations de crise, comme en juillet 1914, ou dans les années 1990 avec le cas de la Yougoslavie, ou bien encore de nos jours avec la crise ukrainienne.

    Notre monde connaît tour à tour ordre et chaos : l'effondrement français de 1940, la chute de la République de Weimar comme le désarroi de l'Union européenne au sortir du référemdum sur le Brexit en sont des exemples tragiques.

    Les démocraties d'aujourd'hui doivent affronter de nouveaux défis. Sans céder à la tentation du pessimisme, Jacques Lesourne montre dans ce livre quels sont leurs atouts, quelles sont leurs armes.

  • J'ai eu de la chance

    Colin Powell

    ?Né de parents jamaïcains et élevé dans le Bronx, Colin Powell a tout surmonté et tout réussi. D'origine très modeste, il a, dans son pays, les États-Unis, accédé aux plus hautes fonctions de l'armée et de l'État. Il délivre, ici, les recommandations et les conseils qu'il tire de ses expériences professionnelles et de son parcours exceptionnel. Une leçon de courage. Une leçon de leadership. Une leçon de vie. Colin Powell a été chef d'état-major des armées, de 1989 à 1993, et Secrétaire d'État, de 2001 à 2005.

  • Il était une fois la France : un pays merveilleux par sa variété et la richesse de son patrimoine. En effet, l'espérance de vie a augmenté de quarante ans depuis 1900 et continue de progresser, et le niveau de vie a décuplé en un siècle ! Et pourtant, les Français sont pessimistes face à l'avenir. L'auteur, toujours à contre-courant des idées reçues, montre que :- l'optimisme est justifié pour l'avenir de nos enfants;- l'immigration est nécessaire, encore faut-il la réussir;- la mondialisation et le développement durable vont dans le sens des relocalisations;- il faut "penser local pour agir global" en mutualisant les bonnes pratiques;- si la France d'en haut est empêtrée dans ses contradictions, la France des territoires entreprend et innove."Bonnes Nouvelles" n'est pas une fiction mais un recueil de faits et d'actes de quatorze "conspirateurs du futur" , c'est-à-dire des hommes et des femmes de terrain qui, au-delà de toute attente et souvent dans des conditions difficiles, ont su rebondir à partir d'eux-mêmes et d'un projet innovant et ambitieux. Le levier des projets et la force des liens sont capables de changer le monde et de permettre à chacun de devenir entrepreneur de sa vie.Telle est la leçon contagieuse de "Bonnes Nouvelles"

  • « Le monde est transformé, ses repères et ses règles ont volé en éclats. Les Français redoutent le déclin pour la France, le déclassement pour eux-mêmes et plus encore pour leurs enfants. La crise vient de loin. Elle est économique, sociale et environnementale bien sûr, mais aussi démocratique et morale. Elle marque l'échec d'un système à bout de souffle. Notre pays dispose pourtant de solides atouts pour faire la course en tête en misant sur la créativité, l'innovation, et pour renouer avec le progrès social.

    Par un intense travail collectif depuis deux ans, à l'écoute des Français, les socialistes ont renouvelé leurs réponses et bâti un projet pour 2012. Pour redresser la France avec un nouveau modèle de développement économique, social et écologique. Pour retrouver la justice et rassembler les Français dans une République fière de ses valeurs. Pour qu'à nouveau, l'avenir aime la France.

    Ce livre est une invitation. Nous mettons ainsi notre projet pour 2012 à la disposition de tous les Français, pour réagir, pour débattre, ensemble et maintenant, partout dans notre pays. »

  • Faut-il augmenter les impôts pour continuer à financer le modèle social français ? Les allocations familiales doivent-elles uniquement favoriser la natalité ? Combien coûte réellement une journée d'hôpital ? Pourquoi les comptes de la Sécurité sociale sont-ils toujours en déficit ? La retraite à 60 ans est-elle un objectif réaliste ? Quelles sont les populations les plus concernées par l'exclusion ? Que se passe-t-il pour les chômeurs en fin de droits ? En quoi le CDI est-il un contrat protecteur ? Est-ce qu'on travaille trop ou pas assez en France ? Le passage aux 35 heures a-t-il amélioré la vie des salariés ? Les entreprises payent-elles réellement trop de charges ? Les services publics sont-ils efficaces ? Les fonctionnaires sont-ils trop protégés ? L'école est-elle un outil de promotion sociale ? Comment créer de la mixité sociale dans les villes ? Débattre en étant informé ; débattre avec des arguments 129 réponses aux questions que vous vous posez sur les grands enjeux de notre société.

  • Relations entre les différents pouvoirs, liberté d'expression, fédéralisme, respect des droits individuels, discrimination positive, etc. : ce livre, d'un juge à la Cour suprême des Etats-Unis, ancien professeur de droit à Harvard, n'est pas seulement une introduction au système politique et juridique américain. C'est une réflexion sur la place de la constitution et le rôle du juge dans nos démocraties. C'est aussi un plaidoyer pour une citoyenneté active. Malgré ses défauts, le pouvoir législatif réussit souvent mieux que l'exécutif ou le judiciaire à assurer la vie démocratique et à équilibrer les positions conflictuelles des citoyens. Au moment où notre pays semble connaître une crise de ses institutions, une réflexion lumineuse sur la participation des citoyens, sans laquelle il n'y a pas de vraie démocratie.

empty