Devant la douleur des autres

Traduction FABIENNE DURAND-BOGAERT  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

À propos

Dans cet essai rédigé un an après le 11 septembre, Susan Sontag dresse un bilan des emplois de la photographie devant les souffrances de la misère et de la guerre. On prête volontiers aux images le pouvoir d'inspirer la protestation, d'engendrer la violence ou de produire l'apathie : autant de thèses que Susan Sontag réévalue en retraçant la longue histoire de la représentation de la douleur des autres - depuis Désastres de la guerre de Goya jusqu'aux documents photographiques de la Guerre de Sécession, de la Première Guerre mondiale, du lynchage des noirs dans le sud des États-Unis, de la guerre civile espagnole, des camps de concentration nazis, aux images contemporaines venues de Bosnie, de Sierra Leone, du Rwanda ou d'Israël et de Palestine.
Comment la photographie a-t-elle modifié la perception des évènements dramatiques au fil de son histoire ? Peutelle provoquer le rejet total et sans concession de la guerre et de sa violence ? Ou du moins permettrait-elle de mieux comprendre les causes et les conséquences des crimes et conflits passés ? Un texte d'une grande actualité sur le pouvoir des images et l'expérience de la guerre.



Rayons : Arts et spectacles > Arts de l'image > Photographie > Essais / Réflexions / Ecrits sur la photographie

  • EAN

    9782267046717

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    144 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    1.2 cm

  • Poids

    154 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Susan Sontag

Susan Sontag est sans doute l'écrivain américain le plus « européen ». Née en 1933 à New York,
c'est à l'âge de trente ans que Susan Sontag publie son premier roman, Le Bienfaiteur (Le Seuil,
1965), une étude sur la formation de la personnalité. Dans les années 1960, elle écrit pour différents
magazines et revues. Très engagée à gauche, figure de la scène new-yorkaise, elle est proche
d'intellectuels français comme Roland Barthes, auquel elle a consacré un livre (L'écriture même : à
propos de Roland Barthes, Christian Bourgois éditeur). Elle publie en 1977 un essai, Sur la
photographie, où elle s'interroge sur la différence entre réalité et expérience. Elle défend le concept
de « transparence », autrement dit de l'évidence de l'œuvre, avant toute interprétation. Elle publie
L'Amant du volcan (1992) et En Amérique (1999), pour lequel elle a reçu le National Book Award.
Elle a reçu le Prix Jérusalem pour l'ensemble de son œuvre et, en 2003, le Prix de la Paix des
libraires à Francfort. Susan Sontag est décédée en décembre 2004.

empty