À propos

Portraits tendres et croisés de deux grand-mères par leur petites-filles, les poètes Fabienne Yvert et Véronique Vassiliou « Rose recueillait le sang des lapins pour faire des civets » ; « Madeleine aimait bien sucer le cou des poules ».

Dans des effets de listes propres à cette enfance qui énumère les souvenirs, Fabienne Yvert et Véronique Vassiliou égrainent les mots avec délectation pour dessiner le portrait de leurs grand-mères. Deux figures se mêlent, se croisent, s'enchevêtrent et tressent finalement le fil d'une mémoire à la fois grave et ingénue.

La perruque de Madeleine, les longs cheveux de Rose, la cuve à confiture, la machine à coudre. De minuscules morceaux de quotidien, anodins ou banals, mais qui arrachés au temps auxquels ils appartiennent, prennent une tonalité magique, incantatoire et nostalgique, dans un chant d'amour à la vie fruste et parfois cruelle de deux grand-mères paysannes, Rose et Madeleine.

On pense aux souvenirs fragmentés de Perec, à la tendresse d'Hervé Guibert pour ses grand-tantes (Suzanne et Louise), aux images de l'enfance qui côtoie la vieillesse, avec la sensualité de l'apprentissage, dans un univers visuel et coloré composé d'odeurs, de goûts, de tissus, d'animaux morts ou vivants, de mots et de maux étranges.

Une première édition typographique de ce texte, désormais épuisée, avait été conçue par les éditions Harpo & en 2006.


Rayons : Littérature > Poésie > Contemporaine


  • Auteur(s)

    Fabienne Yvert, Véronique Vassiliou

  • Éditeur

    Le Tripode

  • Distributeur

    Interforum

  • Date de parution

    23/10/2014

  • EAN

    9782370550347

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    48 Pages

  • Longueur

    17 cm

  • Largeur

    12.7 cm

  • Épaisseur

    0.5 cm

  • Poids

    82 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Fabienne Yvert

Depuis longtemps, Fabienne Yvert est occupée à se raccorder à l'égout, à faire des livres, de la poterie, des lampes, du tricot, du tricotin & de la couture. Elle vit à Marseille. Elle dort beaucoup. Elle a publié en 2010, aux éditions Attila, Télescopages.

Véronique Vassiliou

Véronique Vassiliou a écrit une thèse sur le vers en 1989. Aime désespérément les bonbons kréma et les revues de femme. A été publiée dans de nombreuses revues en France et à l'étranger. Fait partie du comité de rédaction de la revue "X". Vit à Marseille. Travaille à Aix-en-Provence. Collabore ou a collaboré aux revues Europe, Jalouse Pratique, Nioques, Ralentir Travaux, If, Triages, Action Poétique...

empty