à Milena

à Milena (introduction Robert Kahn)

Traduction ROBERT KAHN 

À propos

À Milena n'est pas une simple correspondance, c'est un objet littéraire fascinant, central dans l'oeuvre de Kafka. Ces lettres magnifiques témoignent de l'amour fulgurant de Kafka et Milena et inscrivent son intensité, faite d'absence, de manque, d'éclairs de bonheur, de désespoir. Cette nouvelle traduction des lettres À Milena fera redécouvrir au public français, au plus près de la langue de Kafka, un grand classique de la littérature du XXe siècle.
Kafka a rencontré Milena à Prague en 1919. La jeune femme lui a rapidement proposé de traduire en tchèque ce qui allait devenir L'Amérique. Milena va devenir sa voix en tchèque, son « double », grâce à ce mécanisme transférentiel qu'est la traduction, qui exige une sorte de fusion-incarnation. Commence alors un « trafic épistolaire » effréné. 149 lettres et cartes postales de Franz Kafka à Milena Jesenská ont été conservées. 140 d'entre elles ont été écrites pendant une période d'environ dix mois, au rythme parfois de plusieurs par jour. Un motif récurrent de la correspondance : le désir frénétique de recevoir des lettres, des télégrammes, sur le thème : « tes lettres sont la plus belle chose qui me soit arrivée ». Aucune des lettres de Milena ne nous est hélas parvenue, soit qu'elles aient été brûlées par leur destinataire, soit qu'elles aient disparu lors de l'entrée des troupes allemandes à Prague en 1939. La vie de Milena, aventureuse et malheureuse, se terminera, comme celle des trois soeurs de Kafka, dans un camp nazi.
Il y avait nécessité à retraduire ces lettres : il fallait proposer une autre version que celle établie en son temps par Alexandre Vialatte, qui a mal vieilli, et il fallait tenir compte du dernier état de la recherche concernant l'établissement du texte. Aussi, notre horizon a changé : aujourd'hui la lecture de Kafka passe par celles de Blanchot, Deleuze, Derrida, Benjamin. De plus, la traduction de Vialatte est entachée d'erreurs et, très « littéraire », elle ne rend pas justice à la langue de Kafka, sèche, précise, qui évite soigneusement de « faire du style ». Tout en restant le plus près possible du texte original, Robert Kahn a su restituer aux lettres tout leur tranchant, toute leur densité.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782370840073

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Nombre de pages

    320 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    2.7 cm

  • Poids

    455 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Franz Kafka

Franz Kafka est né en 1883 à Prague. Ses parents sont propriétaires d'un magasin et il est surtout élevé par les personnes au service de la maison : une cuisinière, une bonne d'enfants et une gouvernante française. De 1893 à 1901 il poursuit ses études secondaires au lycée allemand de la Vieille-Ville fréquenté essentiellement par les enfants de la bourgeoisie. Après ses études à l'université, il obtient son doctorat en droit en 1906. En 1905, il écrit " Description d'un combat ". En 1908 premières publication de huit textes en prose dans la revue Hypérion. Il entre à l'Office d'assurances contre les accidents du travail. Kafka y travaille de 8 à 14 heures et consacre son temps libre à l'écriture. En 1910, il commence son " Journal " et a ses premiers ennuis de santé. Il écrit beaucoup mais ne garde presque rien. En 1912, Kafka brûle des anciens écrits et commence " L'Amérique ". Premier séjour au sanatorium. Il rédige " Le Verdict " et
" La Métamorphose ". En 1913, il propose à un éditeur de publier trois récits " Le Soutier ", " Le Verdict " et " La Métamorphose " en un seul volume sous le titre de " Fils ". " Le Soutier " sera publié en mai. En 1914, il écrit le dernier chapitre de " L 'Amérique ", roman qu'il laissera inachevé. Il commence l'écriture du " Procès ". En 1915, parution de " La Métamorphose ". En 1916, parution du " Verdict ". Kafka va travailler chaque jour dans une petite maison dans la rue des Alchimistes dans le quartier du château de Prague. 1917, Kafka écrit les récits qui composent le recueil " Un médecin de campagne " ainsi que de nombreux autres textes.
En 1918 et 1919 peu de production littéraire, même le " Journal " est interrompu. Il écrit la " Lettre à son père ". Publication de " la Colonie pénitentiaire ". En 1920, " Un médecin de campagne " est publié. Il rencontre Milena Jesenzko. Séjour de dix mois en sanatorium.
1921, Kafka n'écrit presque plus et sa santé se dégrade de plus en plus. II confie son " Journal " à Milena qui lui rend visite à Prague. En 1922, malgré son état de santé désastreux, Kafka connaît une nouvelle période de fécondité littéraire. II écrit " Le Château ", " Un champion de jeûne ". 1923, la maladie s'aggrave mais Kafka écrit " Le Terrier " et d'autres textes. En 1924, les soucis financiers s'ajoutent aux soucis de santé, il autorise la publication de " Joséphine la Cantatrice " pour gagner un peu d'argent. En avril, il est transporté dans un sanatorium près de Vienne en Autriche. En mai, il relit les épreuves du livre regroupant quatre récits sous le titre " Un champion de jeûne " et meurt le 3 juin. II est enterré au vieux cimetière juif de Prague.

empty