La Licorne n.124 : promenade et flânerie : vers une poétique de l'essai entre les XVIIIe et XIXe siècle

, ,

À propos

Au cours du XVIIIe siècle, la promenade devient une pratique habituelle, d'abord comme passe-temps social, ensuite comme activité solitaire et rêveuse. Les écrivains s'approprient alors cette pratique, et les pensées ou rêveries qu'elle suscite, pour les raconter ou les décrire. La réflexion collective dont ce volume se fait l'écho est partie de l'intuition que cette nouvelle habitude de déplacement dans l'espace - déplacement sans but, gratuit, et à pied - a influencé d'un même mouvement les modes de pensée et les modes d'écriture.

Avec le soutien de l'université de Poitiers.


Sommaire

Ouverture, ça ira.
Dans les pas de Montaigne, Diderot et l'essai.
L'essai-promenade chez Rousseau.
De la promenade au promeneur :le promeneur solitaire, une figure émergente à la fin du XVIIIe siècle ?
Les essais sur les jardins à la fin du XVIIIe siècle.
« Un ordre lumineux » ou les spécificités des essais du Spectator (1711-1714).
L'essai-promenade, entre vagabondage de la pensée et disponibilité aux suggestions :
L'exemple des Nuits de Paris de Rétif de la Bretonne (1788).
Étienne de Jouy, Ermite, ou flâneur à l'essai.
Flâner, penser, écrire ?
Questions sur la place de la littérature panoramique dans la généalogie de l'essai.
Le flâneur et l'ethnographe : sur le savoir des Physiologies.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Lettres et langues > Lettres > Genres littéraires et littérature comparée


  • Auteur(s)

    Guilhem Farrugia, Pierre Loubier, Marie Parmentier

  • Éditeur

    PU de Rennes

  • Distributeur

    Sodis

  • Date de parution

    13/04/2017

  • Collection

    La Licorne

  • EAN

    9782753552197

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    160 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    15.4 cm

  • Épaisseur

    1.1 cm

  • Poids

    250 g

  • Support principal

    Revue

Infos supplémentaires : Broché  

empty