L'oeuvre de Peter Stämpfli

À propos

Si ses pneus en gros plan ont fait le tour du monde, le suisse Peter Stämpfli (né en 1937) a su construire en un demi-siècle une oeuvre qui déborde cette icône du Pop art. Formé par un élève d'André Lhote, il croise l'abstraction américaine à la fin des années 1950 et s'en détache très vite. La peinture figurative recule, il s'y cramponne et la renouvelle. Vers 1965, son style, marqué par le graphisme de la publicité et le dessin industriel, comme celui de Lichtenstein, commence à l'imposer. Par la suite, le réalisme très poussé des premiers tableaux s'efface devant la trace des objets quotidiens et la poésie de l'absence, chargées d'une même énergie contagieuse.
« Toute la peinture passée et actuelle avant le suprématisme, écrivait Malévitch en 1915, a été asservie par la forme de la nature et attend sa libération pour parler dans sa propre langue et ne pas dépendre de la raison, du sens, de la logique, de la philosophie, de la psychologie, des différentes lois de causalité et des changements techniques de la vie. » Près d'un demi-siècle plus tard, Stämpfli, en abandonnant la représentation du monde, en réduisant progressivement à un artefact - l'automobile -, puis à un détail de celui-ci - la roue - avant de décider de s'en tenir au seul pneu a, pour lui-même, à son tour, découvert au terme de l'ascèse la plus exigeante « cette propre langue » qui ne dépend de rien que d'elle-même.



Rayons : Arts et spectacles > Généralités sur l'art > Biographies / Monographies

  • EAN

    9782754107631

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    340 Pages

  • Longueur

    31 cm

  • Largeur

    26 cm

  • Épaisseur

    3.5 cm

  • Poids

    2 692 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Beaux-livres

Infos supplémentaires : Relié  

Daniel Abadie

Daniel Abadie, historien de l'art, a été successivement conservateur au Musée National d'Art Moderne et directeur du musée du Jeu de Paume à Paris (1994-2004). Il a été le commissaire de nombreuses expositions dont « Tout feu tout flamme », 2012 ; « Magritte », 2003 ; « Jean Dubuffet », 2001 ; « Georges Pompidou et la Modernité », 1999 ; « Gérard Singer », 1995 ; « Alechinsky, toiles, grès et porcelaines », 1995.
Il a également réalisé quelques-unes des plus fameuses expositions du Centre Pompidou (« Paris-New York », 1977 ; « Dali », 1979 ; « Jackson Pollock », 1982 ; « Les Années 50 », 1982...). Auteur de nombreux ouvrages sur l'art moderne et les artistes contemporains, il a parallèlement enseigné à l'ESAG, à HEC Jouy-en-Josas, à Paris-Sorbonne et à ULB Bruxelles.

empty