La loi des bêtes

À propos

Et puis il y avait autre chose : depuis des années que nous sillonnions le sud du pays au sein des compagnies de mercenaires, assiégeant des châteaux pour le compte de tel ou tel seigneur, rançonnant les puissants pour le compte de tel ou tel autre, dont nous venions d'ailleurs parfois d'assiéger le château, le temps était venu pour nous de ralentir le rythme des tueries. Car il y a un temps pour tout. Un temps pour les massacres, et un temps pour l'oubli. Un temps pour le noir qui enserre les tempes, et un temps pour le repos des corps et des esprits.


Ils sont deux, Bertrand Orsoni et Léon Boyard, deux mercenaires dans un Moyen Âge barbare et sanguinaire, qui vivent de meurtres, de rapines, de combats. Mais ils sont las de cette violence. Faisant halte auprès d'une abbaye dont ils convoitent les richesses, ils vont rencontrer un gamin de seize ans, prêt comme eux à tuer pour survivre.
Christian Garcin s'interroge sur la violence qui s'engendre elle-même. Il nous parle d'un monde que les sentiments valeureux ont déserté, un monde où la fraternité se mesure à l'aune de la force. Et de force, de puissance, il n'est question que de cela, au long de cette nouvelle magistrale, tant la beauté sombre de l'écriture happe, de la première à la dernière ligne.
À la démesure du texte, Philippe Favier répond avec une précision d'orfèvre, et la galerie de portraits qui s'extrait du noir de la page se joue des références à l'Histoire, se métamorphose avec délicatesse en d'étonnantes chimères.



Rayons : Policier & Thriller > Policier

  • EAN

    9782916130712

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    60 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    0.6 cm

  • Poids

    150 g

  • Distributeur

    Chemin De Fer

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Christian Garcin

Christian Garcin vit près de Marseille, où il est né. Il est l'auteur de nombreux ouvrages (romans, nouvelles, essais, carnets de voyage...), parmi lesquels
"La Piste mongole" (Verdier, 2009), "Des femmes disparaissent" (Verdier, 2011) et "Les Nuits de Vladivostok" (Stock, 2013).

Philippe Favier

Peintre, plasticien graveur, Philippe Favier fait partie de ces artistes inclassables, prolixes, qui surprennent par leur inventivité sans cesse renouvelée. Puisant dans la peinture classique dont il explore les symboles et les mythes éternels, aussi bien que dans l'art moderne, il s'empare aussi de la poésie des mots et nous entraîne dans son univers singulier qui ne connaît ni d'infl uences, ni d'équivalences. Inventeur de lieux, pays et continents imaginaires, cités idéales, l'artiste se fait voyageur, cartographe, entomologiste et scénographe.

empty