Portraits parisiens 1925-1930 Portraits parisiens 1925-1930
Portraits parisiens 1925-1930
Portraits parisiens 1925-1930

Portraits parisiens 1925-1930

À propos

Berenice Abbott en 1925 photographiait ses premiers portraits sur le balcon du studio de Man Ray à Paris. Soixantecinq ans plus tard, en 1990, elle prenait son dernier portrait dans un bateau sur le lac d'Hebron dans le Maine, à quelques centaines de mètres du chalet dans lequel elle a passé ses dernières années.
Abbott réalisait généralement ses portraits parisiens dans son propre studio, d'abord 44, rue du Bac, puis 18, rue Servandoni, mais aussi parfois sur place, au domicile du client, comme son premier portrait de James Joyce. En juin 1926, Jan Sliwinski exposa dans sa galerie des photographies de James Joyce, Jean Cocteau, Sylvia Beach, Marie Laurencin ou André Gide parmi tant d'autres. Les hommes et les femmes photographiés par Berenice Abbott étaient liés - socialement, intellectuellement, artistiquement ou sentimentalement. Elle ne photographiait pas des inconnus, à la différence d'Atget, qu'elle contribua à sortir de l'ombre.
Ce livre, conçu par Hank O'Neal, regroupe plus de cent portraits, dont la plupart sont inédits. Les plaques de verre brutes, telles qu'elles sortaient de sa chambre noire, sont présentées avec le recadrage qu'elle souhaitait. Portraits parisiens est un livre rare au service d'une photographe essentielle dans l'art du portrait, de l'architecture ou de la photographie scientifique.



Rayons : Arts et spectacles > Arts de l'image > Photographie > Biographies / Monographies

  • EAN

    9783869303536

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Longueur

    30 cm

  • Largeur

    24 cm

  • Épaisseur

    3.8 cm

  • Poids

    2 414 g

  • Distributeur

    Interart

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Bérénice Abbott

Berenice Abbott (1898-1991) fréquentait Greenwich Village, à New York, où elle rencontra Man Ray. Elle le suivit à
Paris en tant qu'assistante. Elle travailla également dans l'atelier d'Antoine Bourdelle et pour Constantin Brancusi. Ses
portraits plaisaient et la concurrence avec Man Ray l'obligea à le quitter rapidement. Elle ouvrit alors, avec l'aide de
Peggy Guggenheim, un studio qui connut du succès. Revenue à New York, elle réalisa son célèbre Changing New
York. Les éditions Steidl ont publié en 2009 et 2013 deux importants coffrets contenant une grande partie de son
oeuvre (distribution InterArt).

empty