Architecture et violence : la cabane de Unabomber

À propos

La cabane de Ted Kaczynski, le criminel américain connu sous le nom de Unabomber, est un objet paradoxal : construite et habitée par son auteur pour rester à l´écart, hors de toute visibilité, elle n´a pas seulement été sans cesse reproduite depuis 1996, mais elle a aussi été déplacée, exposée, reconstruite, copiée et pastichée. L´objet, situé autrefois au milieu des forêts du Montana, près de la petite ville de Lincoln, s´est transformé en un signe polyvalent. Séparée de son auteur, la cabane représente bien plus qu´un reste : c´est un élément qui dérange et qui attire à la fois c´est une drôle de relique, et c´est surtout, sur le plan sémiologique, un signe qui ne cesse de nous interpeller. Par ailleurs, son statut n´est pas simple à définir : que signifie, en effet, la persistante présence médiatique et artistique de cet objet, en soi plutôt banal ? Pourquoi réapparaît-il sans cesse ? Qu´en est-il de la violence que cette cabane symbolise ?

Rayons : Arts et spectacles > Architecture / Urbanisme > Ecoles / Courants / Thèmes

Rayons : Sciences humaines & sociales > Géographie > Géographie humaine > Géographie sociale

  • Auteur(s)

    Michael Jakob

  • Éditeur

    Eterotopia

  • Date de parution

    06/05/2021

  • EAN

    9791093250465

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    72 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    0.5 cm

  • Poids

    124 g

  • Distributeur

    Pollen

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Michael Jakob

Michael Jakob enseigne la théorie et l'histoire du paysage à l'hepia, ainsi que l'esthétique du design à la HEAD de Genève. Il est professeur invité au Politecnico de Milan et à l'Académie d'Architecture de Mendrisio. Il est également professeur de littérature comparée à l'Université de Grenoble. Il a notamment publié chez MetisPresses: Autour du Léman (2018); Des jardins & des livres (2018); Jardins en images (2020); La fausse montagne (2021).

empty